Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

attachiant

Peut-être ne le sûtes-vous point, mais il y eut récemment une élection pour le moins abracadabrantesque -comme disait Jacques- organisée par un ‘Festival XYZ du Mot Nouveau’ (littéralement: néo-logisme), qui prétend mettre en exergue quelque surprenante mais signifiante création dans la langue de France, car, comme disait Victor (1), «la langue meurt si elle n’invente des mots nouveaux». L’exercice est quelquefois anecdotique, de temps en temps erroné, souvent amusant, mais toujours intéressant; cette chronique se devait donc d’en parler. And the winner is…«attachiant»!

Morin (Hervé)

«Comment, m’a écrit un lecteur assidu, vous parlez de Dupont-Aignan (Nicolas) et vous oubliez Morin (Hervé)?!». Certes, certes, j’allais oublier le dernier grand candidat à l’élection présidentielle, nous allons donc réparer cette erreur immédiatement, pour éviter de laisser le président du Nouveau Centre dans une obscurité médiatique que pourrait pourtant expliquer une ‘sombritude’ étymologique, comme dirait qui vous savez. A nom connu, explication simple, mais pas forcément claire, pour ne pas dire carrément…foncée!

Dupont-Aignan

Nous sommes quasiment fin-prêts pour la campagne présidentielle, au moins étymologiquement parlant, puisque tous les noms des ‘ténors’ ont été traités dans ces colonnes ces derniers mois, à des occasions diverses (1). Tous? Presque, car un candidat cherche désespérément à faire entendre sa voix (et y arrive ce dernier week-end) pour proposer une autre…voie: Nicolas Dupont-Aignan. Que cache cet homme ‘double’?

Capture d’écran 2011-01-04 à 20.28.41

C’est le week-end, et vous avez droit au «bonbon du dimanche», expression jadis utilisée dans certains milieux pour célébrer le Jour du Seigneur, de retour de la messe (ou plutôt de la pâtisserie adjacente à l’église). Et, pour que vous trouviez immédiatement de quelle marque célèbre nous allons analyser l’étymologie aujourd’hui, je vous donne le nom et la nationalité de son créateur: Il s’appelle Hans Riegel, il est donc allemand, et il habite Bonn…

Bedos

Pas de panique, ceci n’est pas une chronique d’hommage, et l’humoriste est toujours parmi nous;  la raison de ce coup de projecteur étymologique est simple: Guy ne nous a pas quittés, il nous quitte; je veux dire qu’il fait ses adieux à la scène, en débutant ces jours-ci une tournée nommée «Rideau», on ne peut pas faire plus clair. Or, si le personnage est connu, le patronyme qu’il porte semble tout à fait simple mais pas évident (1) pour autant. Que diriez-vous d’une petite plongée dans les racines linguistiques de ce mot?