Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Helsinki

Première étape de qualification pour la Coupe du Monde 2014, avec des Bleus en pays blanc, la Finlande. Ce n’est pas que le football ou le match du moment soient particulièrement passionnants (d’un simple point de vue étymologique, bien sûr); saisissons alors l’occasion pour suivre la piste scandinave et imaginer quelques instants quelle peut bien être la racine de la ‘Finlande’. Car, tout comme les pays déjà étudiés dans les archives de ce site, il doit bien y avoir un sens originel au nom de ce pays? Surprise, il n’est pas finnois (ou finlandais, si vous préférez) mais…latin!

Marois

Evénement au Québec: malgré l’intervention d’un déséquilibré qui a quelque peu détourné l’attention des media, le fait de la semaine francophone est bien l’élection de Pauline Marois, le chef du parti «indépendantiste» québécois. A cause du résultat du scrutin en tant que tel bien sûr (le retour au pouvoir d’une représentante affirmée de l’identité francophone); mais surtout en raison des connotations linguistiques constatées à cette occasion.

Hitler boutique

Fable indienne:

Un jeune commerçant, citoyen d’Ahmedabad,
état indien du Gujarat, s’avisa un beau jour
de donner comme nom à sa belle boutique
celui d’(Adolf) Hitler, au mépris de l’éthique.
«C’est un vocable chantant et la prononciation en est aérienne:
la langue épouse agréablement le palais quand elle l’articule.
Voilà qui conviendra à mon commerce» se dit-il sans préambule.

L’homme met ses roupies dans un stock de tee-shirts,
imprime moult papiers et cartes de visites,
s’endette d’un néon au front de sa boutique
et attend le chaland que cette adresse excite.

Un juif vint à passer, scrutant la devanture.
Il n’en croit pas ses yeux, crie à la forfaiture,
et alerte aussitôt les milieux internautes,
afin de condamner l’auteur de cette faute.
Quelques clics suffiront, dans la minute même,
pour diffuser l’outrage, que dis-je, le blasphème.

Le vendeur se défend, ne pensant pas à mal;
«Je voulais seulement donner comme signal
l’idée de la rigueur, de l’obstination.
N’était-ce pas ainsi qu’on qualifiait l’action
de cet homme de l’ouest, qui vécut autrefois?
D’ailleurs, ajouta-t-il, sans aucune malice,
tel était le surnom du grand-père adoré
de mon irréprochable et fidèle associé!
Ici, loin de Berlin, sur la vie de mon fils,
je jure que ce nom est une simple marque,
qui, de mes vêtements, fera qu’on les remarque.»

Or, même si ce mot, ce vilain patronyme,
a laissé en Europe des traces gravissimes,
il faut considérer qu’à l’autre bout du monde,
un son n’a pas le sens qu’ici on lui abonde.
Car ‘Hitler’, après tout, avant qu’arrive «l’autre»,
était un nom commun (je veux dire ordinaire)
et ne désignait pas le nom d’un tortionnaire!
C’était, du point de vue de l’étymologie,
le surnom de quelqu’un qui avait pour logis,
ou peut-être métier, d’habiter une hutte
ou de s’y abriter. Quelle terrible chute
pour ce qui qualifia, en des temps reculés,
un gardien de moutons ou un simple ouvrier.
On écrivait alors, de façon générale,
le mot sous forme «Hittler», orthographe ancestrale.
Hutte, Huttler, Hittler: c’est le parcours verbal
qui transforma ce terme en symbole infernal.

Notre vendeur de fringues au turban décoiffé
plaida donc non coupable, sans beaucoup de logique:
on s’aperçut bientôt que, sur la linguistique,
un dessin, sur le ‘i’, faisait la croix gammée!
Ce détail superflu fit déborder le vase
et la colère entra dans la seconde phase:

A leur tour, les clients mirent un point sur son ‘i’
et le négociant promit de tout changer.
Depuis, il se murmure, entre deux taxis jaunes,
qu’il aurait décidé de repeindre en marron
la façade noirâtre.
En bon colonisé de l’empire saxon,
osera-t-il nommer la nouvelle boutique
du nom de la couleur, en langue germanique,
et marquer ‘Braun’ (Eva) au-dessus de sa porte?

Montaigne avait raison: L’endroit où l’on se porte
a ses propres manières et ses façons de dire.
Pour quelques siècles encore, ce nom sera le pire;
il fallut à « Judas » plus de deux millénaires
pour qu’on oublie un peu un baiser fatidique.
Des milliers d’autrichiens, au fond de leurs montagnes,
regrettent qu’un ancêtre ait pu les fréquenter.
Quant à l’indien fautif, quoi que certains diront,
il s’appelle bien « Shah », comme celui d’Iran!

Pigasse

C’est le troisième sommet du triangle Montebourg-Moscovici, figure (de style?) politico-financière sur le montage en cours d’une Banque Publique d’Investissement. Relations professionnelles, relations familiales et intérêts divers sont soupçonnés de s’entrecroiser dans ce dossier, l’homme d’affaires concerné venant de recruter la compagne d’un ministre pour l’un de ses media, alors qu’il est lui-même, en tant que directeur général de la banque Lazard, annoncé au poste public. Bref, que l’on y comprenne quelque chose ou pas, ce qui nous intéresse ici est l’étymologie du patronyme sonore d’un homme qui aura gravi tous les échelons des responsabilités à la force du poignet, et pour cause…