Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

cannabis

Contrairement à ce que croient quelques naïfs ou humoristes de second degré, les «salles de shoot» ne permettent pas à des footballeurs de se reposer (encore que…), mais sont destinées à sécuriser l’environnement de personnes dont l’addiction est la drogue. Douce ou pas….Remarquez, il y en a déjà, au vu et au su de tout le monde, dans les salles de café, sur des terrasses, ou dans des pièces spécialement enfumées pour accélérer les cancers: cela s’appelle des coins-fumeurs. Alors que ‘alcool’, ‘anxyolitique’ ou ‘tabac’ ont déjà gagné leur titre de tradition culturelle («Il est des nôôtres, il a bu son verre comme les ôôtres!»), le mot qui fait frétiller actuellement les intégristes de tous poils -dans un sens comme dans l’autre- s’appelle cannabis, un mot doux comme une caresse, bien loin du grimaçant ‘cocaïne’! Mais au fait, d’où vient ce cannabis?

Capture d’écran 2012-10-27 à 19.10.44

A-t-on assez parlé de, écrit sur, et invoqué ce pays, sur tous les tons et dans toutes les langues, pour qu’il devienne -très logiquement pour son malheur- un leitmotiv quotidien de medias qui ne cessent de répéter ‘les faits’, à défaut de vous informer (expliquer) sur sa situation. Il n’est pas question ici de rajouter quoi que ce soit de vaguement géopolitique (*) mais de strictement étymologique. Car, à force d’entendre le mot, connait-on pour autant la chose, c’est à dire le véritable sens de ce terme? Car, comme tous les noms, ceux des pays ne sont pas dûs au hasard. Ils font souvent référence à une tribu (l’Angle-terre, l’Alleman-gne, la Franc-e); parfois à une situation géographique (le Zha-pon, pays du soleil levant, en chinois; les Pays (plus) Bas (que le niveau de la mer); le Dane-marque (la frontière du territoire des Danes) ou encore en fonction de caractéristiques naturelles (l’Ice-land, pays de la glace; l’Argent-ine, et ses ressources minières; le Brazil, pays des arbres au bois rouge comme un…brasier, etc). Et la Syrie, alors?

dindons

Après les «pigeons (1)», les «dindons» volent dans les plumes du gouvernement, au sujet d’une éventuelle augmentation des taxes sur les emplois à domicile. Le sujet en fera certainement glousser certains, mais ceux qui sont concernés ont lancé une pétition sur la Toile, histoire de bien faire entendre leur caquètement de mécontentement…Or, simultanément, un pigeon à deux doigts de se faire plumer pour un montant de 4,9 milliards d’euros, déclare à la sortie du tribunal que «les petits actionnaires (de la Société Générale) sont les dindons de la farce». Dinde, dindon, dindonneau…(Din)donnez vous donc la peine de lire (2) ou de relire la chronique de Noël 2010, consacrée aux volatiles en question. Leur étymologie n’a pas changé d’une plume, à quelques semaines d’un début de mois de décembre qui leur est souvent fatal.

Massabielle

Les récentes intempéries auront au moins eu le mérite -médiatique- d’apprendre ou de rappeler à beaucoup de téléspectateurs le nom de la grotte miraculeuse de Lourdes, et d’effrayer les visiteurs des bords du Gave, davantage habitués à voir déferler les foules au pied d’une statue que des eaux jusque dans le rocher. Car cette fois, il n’y a pas eu de miracle, et la rivière est sortie de son lit jusqu’à venir quasiment lécher les pieds de la Vierge…L’endroit s’appelle donc la grotte de Massabielle, et son étymologie vaut le détour. Adeptes du chapelet et du rosaire, à vos prie-dieu (les autres peuvent prendre une chaise pour s’asseoir, tout simplement).

Lagerfeld

Difficile de traduire en signes écrits le style vocal inimitable du lauréat de la citation la plus controversée du moment: «che n’ai chamais dit gue Franzois Hollandt était un imbézile», puisqu’on reproche à l’homme au catogan qui préside aux destinées de la maison Chanel de s’être un peu laissé aller lors d’une interview; non pas pendant son intervention sur le plateau de France 2, mais dans un entretien pour l’édition espagnole du magazine ‘Marie-Claire’. Soit. Toujours est-il que voilà une bonne occasion de tenter d’éclairer l’étymologie de son patronyme, à défaut de faire la lumière sur son regard.