Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Pérou:Argentine:Chili

Si Thierry Sabine ou Daniel Balavoine revenaient sur terre, ils en perdraient sans doute leur géographie du monde: le ‘Paris-Dakar’ de cette année part du Pérou pour traverser l’Argentine et arriver au Chili. D’accord, la version transatlantique du célèbre rallye sillonne maintenant l’Amérique Latine depuis plusieurs années; il n’empêche: malgré un intérêt public désormais assez morne pour une course qui a néanmoins l’avantage d’épargner la vie de quelques gamins africains oubliés sur le bord des pistes, saisissons l’occasion pour essayer de deviner l’étymologie du nom de ces pays. Facile? Pas tant que cela. Prenez quelques secondes avant de continuer la lecture…

Moura

Le premier nom de l’année -chronologiquement parlant- sera donc celui de ce footballeur brésilien dont la mise à prix permettra à quelques milliers de smicards* de liquider leur allocation en trois fois pour aller ‘supporter’ le dernier esclave acheté au marché (mercato) et se geler les fesses pendant quelques soirées sur les travées en ciment des stades où joue le PSG. «L’homme qui vaut trois milliards» (de réals) s’appelle donc Lucas Moura, ou plutôt Lucas Rodrigues Moura da Silva; ce brésilien est donc forcément…portugais, comme de très nombreux ancêtres de ses compatriotes, l’Amérique du Sud ayant été pendant longtemps le territoire d’invasion (pardon, de colonisation) de la part de puissances européennes, dont l’Allemagne (les territoires), la France (la diplomatie) et donc le Portugal (tout le reste, dont la langue). Bonne occasion pour se pencher sur chaque élément de son patronyme.