Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Gentil

Il y en a un qui de la chance, c’est l’ex-président de la République puisque, pour sa mise en examen en cours, il bénéficie non pas d’un (comme son avocat aime à le simplifier systématiquement) mais de trois juges, qui ont pris ensemble la désormais explosive décision de justice. En période de crise, trois pour le prix d’un, çà ne se refuse pas. Or, il ne vous a pas échappé que le magistrat spécialement mis en avant par les médias s’appelle Gentil, perche tendue idéale pour quelques journaux pas toujours bien inspirés qui n’ont pas manqué de titrer ‘Gentil, le méchant’. Voilà l’exemple-type de la mesquinerie de cour d’école, totalement à l’opposé d’une étymologie qui permet de connaître le véritable sens de la racine d’un mot. Lequel va beaucoup plus loin en l’occurrence.

Heaulme

Probabilité rarissime dans une suite de chroniques sur l’actualité: après Holmes, si nous parlions de…Heaulme? Ce patronyme revient en effet dans les colonnes des journaux en raison du renvoi devant les Assises du criminel mosellan, au sujet de deux meurtres attribués il y a quelques années à Patrick Dils, libéré et blanchi depuis. Or, il y a beaucoup de ‘monde’ derrière ce tueur en série; étymologiquement aussi.

Pingouin chypriote

Rassurez-vous, le titre de cette chronique est un assemblage tout à fait gratuit et ne représente qu’un clin d’oeil qui rapproche les deux mots qui seront probablement les plus médiatisés dans les semaines qui viennent. Le premier, pour cause de rime dans une chanson de l’ex-Première Dame de France (1); le second, pour des raisons de politique monétaire européenne. Hélas, l’un ou l’autre ne donnent pas matière à des analyses étymologiques très profondes, mais leur simple origine respective réserve quand même quelques surprises. D’où l’idée de cet attelage inattendu pour remplir quelques paragraphes.

François Pape

Ainsi donc habemus un papam, qui a choisi de s’appeler François 1er. En voilà un nom intéressant, spécialement -et uniquement ici- d’un point de vue linguistique, puisque vous avez sans aucun doute remarqué avec quels empressement et unanimité les médias ont mis en place l’expression ‘Pape François’ sans mentionner son chiffre, ce qui, à ma connaissance, est pour le coup une première dans l’Histoire. En effet, on di(sai)t Benoit ‘seize’, Jean-Paul ‘deux’, Jean-Paul ‘premier’, Paul ‘six’, Jean ‘vingt-trois’, Pie ‘dix’, et vous pouvez remonter comme cela dans la nuit du Vatican. Or, surtout dans des oreilles européennes, ‘François 1er’ reste(ra, semble-t-il) l’adversaire de Charles Quint et d’Henri VIII! Délicate homonymie.

Dijon et Hollande

«Le Voyage à Dijon», ce pourrait presque être un titre de film ou d’opéra (‘Le Voyage à Reims’, de Rossini), épopée comique où des personnalités sont retardées dans un déplacement diplomatique….L’Histoire (enfin, à tout le moins l’Actualité) retiendra désormais le nom de la capitale bourguignonne pour autre chose que la moutarde, même si elle monta largement au nez de quelques opposants (on n’ose pas dire manifestants) postés le long du trajet présidentiel. Bonne occasion de se poser une question tout à fait superflue et donc forcément indispensable: au fait, quelle est l’étymologie de Dijon?