Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Boillon

C’est l’histoire d’un beau gosse ultra-médiatisé en son temps (celui de Sarkozy président), ambassadeur de France de son état, arabophone distingué et adepte du jogging en maillot échancré devant les caméras mais derrière les murailles de sa résidence irakienne. Le fait est que l’image est loin du cliché traditionnel, autant que la scène qui s’est jouée fin juillet dernier en Gare du Nord à Paris. Le jeune homme, comme on dit à la télé (43 ans), a été arrêté par les services des Douanes au moment où il prenait le train pour Bruxelles, avec dans ses poches 350.000 euros* (plus 40.000 dollars) en liquide, histoire sans doute de passer un week-end tranquille dans la capitale belge. Quelles que soient les raisons de ce ‘transfert’ et l’issue de l’enquête, il faut tirer son chapeau devant un comportement pour le moins ‘gonflé’, y compris étymologiquement d’ailleurs puisqu’il s’appelle Boillon!

K way

Le vendredi, c’est ‘économie’. Le fabricant d’imperméables-ceinture-froissée-capuche-coincée récemment mis en scène dans un sketch de Dany Boon, renonce finalement à la…relocalisation de sa production en France (Arnaud, encore un petit effort!*). Qui dit re-localiser suppose que la fabrication était -ou a été- d’origine nationale, ce que l’on peut difficilement soupçonner avec un nom pareil…Eh bien, si! K-Way est on ne peut plus français. Du coup, savez-vous ce que signifie ce K? Prenez quelques secondes avant de cliquer sur la suite.

tyran

Le mot du jour concerne bien évidemment le nouveau et si peu original qualificatif enfin ouvertement allouée par les médias au président syrien. Mais avant de plonger dans ses racines, petit devinette. Qui a dit: “De nos jours, les jeunes n’aiment plus l’effort; ils sont mal éduqués et désobéissants; ils ne respectent plus les vieux et n’ont plus envie de travailler. A la maison, les enfants sont devenus des tyrans. Ils ne se lèvent plus quand les parents reçoivent quelqu’un; ils contestent tout ce qu’on leur dit, coupent la parole aux gens, se tiennent mal à table et sont devenus le cauchemar de leurs professeurs” ? Allez, relisez, et réfléchissez encore quinze secondes… Je vous aide: j’aurais dû dire ‘qui a écrit’, car on n’a pas d’enregistrement sonore.

Poelvoorde

C’est l’homme dont on parle à l’occasion de cette ‘rentrée’ des médias: face à Manuel Valls lors d’une émission de télévision dont il était l’invité d’honneur, Benoït Poelvoorde a salué cette rencontre inédite «entre un ministre et un parrain». A défaut d’actualité plus capitale, et parce que c’est un patronyme non encore abordé ici et en tous points intéressant, osons donc aujourd’hui suivre l’homme qui rit dans son plat pays, la Belgique, territoire linguistique flamand (au moins à moitié, pardon au Front de Libération de la Wallonie), ce qui n’étonnera personne au vu de l’orthographe de son nom. Ne reste plus qu’à sauter le pas pour nous mettre à l’eau. Précisément…

Taubira

L’une des (rares) qualités de l’actualité -hormis l’information, si tant est qu’elle apporte réflexion- est l’émergence de mots nouveaux, et inconnus du (grand-) public quelques heures auparavant. Il s’agit en général de lieux géographiques (auriez-vous pu dire, avant qu’on en parle, où se trouvaient exactement le Qatar, la Syrie, Fukushima ou le Rwanda?), mais parfois aussi de termes originaux ou innovants souvent cités par des politiques, depuis le désormais célèbre ‘abracadabrantesque’ ou les ‘impétrants’, jusqu’à cette très récente ‘probation’ avancée par la Ministre de la Justice. Histoire de faire sérieux et de garder à l’Administration un jargon qui s’éloigne du commun en utilisant un mot d’apparence un peu plus compliquée, la probation, d’un point de vue étymologique, n’est en fait rien d’autre qu’une ‘preuve’…La preuve.