Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Horner

Il vient de publier son…passeport (biologique): il s’agit bien sûr du coureur cycliste américain, récemment grand vainqueur du Tour d’Espagne et subséquemment (comme on disait dans les films de gendarmes) grand suspect ‘d’aide extérieure’ pour avoir accroché le maillot rouge à son palmarès, à 41 ans passés (on n’a pas idée, aussi, d’être copain avec Lance Armstrong). Malheureusement écarté du reste de la saison pour cause de chute aux Championnats du Monde entrainant quelques côtes cassées, cet équipier de la formation Radioshak aurait plutôt dû faire partie de celle de ‘Red Bull’, au moins étymologiquement, et voici pourquoi…

Martel

Ils se retrouvent tous les deux sous la même enclume de l’étymologie: Gervais, celle de l’actualité; Charles, celle de l’Histoire. Si le second est connu (à tort!) pour avoir stoppé les ‘arabes’ à Poitiers*, le premier, homme d’affaires calaisien passionné de rugby est néanmoins de retour aux commandes du Football.Club de Lens, lequel a sué ‘sang et or’ ce lundi, pour s’imposer face à Metz (3-2). «Lens ne fera pas de folies» avait pronostiqué le patron (en parlant de finances, pas du score, mauvais esprits!). Autrement dit, inutile de se ‘mettre martel en tête’, il y est déjà. Et pour cause…

Patibulaire

Le mot est récemment revenu dans l’actualité, pour qualifier, selon un journaliste français, ‘un triste sire à la mine patibulaire’, en l’occurrence Nikos Michaloliakos, le dirigeant du parti néonazi grec, appréhendé par la police pour organisation criminelle. Malgré l’étymologie de son prénom (Nikos, le victorieux), cette fois le fils de Michel (Michaloliakos) a perdu la partie. Intéressons-nous donc à cet adjectif étrange et un peu oublié de ‘patibulaire’: à votre avis, une histoire de pattes? De pâtes? De pâtés? Ou de patibule? Et si c’est cette dernière hypothèse, qu’est-ce donc que ce patibule?