Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Hugo

C’est le moustachu le plus haï de l’actualité: en cause, l’un des sujets du baccalauréat portant sur un commentaire de son poème « Crépuscule », extrait du recueil des « Contemplations ». Pour mémoire (éventuellement), vous allez trouver les vers concernés en fin de chronique (1), bien que l’un des passages les plus connus de ce recueil soit l’hommage à sa fille décédée (« Demain, dès l’aube… »). Or, la polémique de ce 19 juin 2014 qui déferle sur les réseaux sociaux s’en prend directement à notre pauvre Victor:  » Hugo, enfoiré’ », « Si je te croise en ville, je te casse’, et autres invectives courageuses derrière un pseudo boutonneux. Juste un ou deux « étudiants » pour dire que ‘ce mec est déjà mort » (1856, une paille!), ce que semblent complètement ignorer les futurs (hélas) bacheliers. Si Victor était encore vivant, aurait-il twitté en retour? Sans doute, pour répondre avec un peu d’intelligence à ces incultes, car Hugo est un homme intelligent. Y compris étymologiquement.

Pierrefitte

C’est la ville de la région parisienne qui fut récemment le théâtre d’un fait-divers violent concernant le lynchage d’un jeune Rom. Au-delà de l’événement lui-même, la médiatisation soudaine d’un lieu, et plus précisément d’une ville, est toujours source de question(s) et parfois de découvertes. Ainsi peu de gens pouvaient-ils localiser, avant leur irruption dans l’actualité, Timisoara (Roumanie), Zagreb ou Pristina (ex-Yougoslavie), Kigali (Rwanda), Frejus, Montmédy ou la Vologne, et aujourd’hui cette commune bornée. Forcément bornée.

Parker

Si, le basket-ball existe encore! Et ce n’est pas au Brésil mais aux USA que les ‘français’ brillent le plus. En effet, le célèbre champion…belge (bon, né en Belgique) vient de remporter pour la quatrième fois une finale du circuit NBA, ce qui fait de lui le joueur européen le plus titré dans ce sport. Même s’il sera forcément détrôné un jour, l’Histoire retiendra que les parquets, c’est vraiment le domaine réservé de Tony, pour ne pas dire sa chasse gardée, et pour cause…

grève 2

L’époque change, l’action demeure: tout comme la précédente (novembre 2013) « grève des footballeurs », le mouvement des cheminots laisse à quai de nombreux « usagers » (terme pudique pour éviter de dire ‘clients’). Pour ceux qui auraient rejoint la troupe récemment, petit rappel sur ce droit considéré comme constitutionnel depuis la Quatrième République, dont l’objectif est ‘d’améliorer les conditions de travail ou de salaire des employés’. Faire grève, c’est toujours grave, surtout d’un point de vue étymologique.

Echafaudage

C’est ‘le’ mot du jour, remarquable -et très remarqué sur les réseaux sociaux- pour diverses raisons: il s’agit d’un lapsus lourdement chargé de (plusieurs) sens, prononcé par un jeune homme qui a sauvé des personnes dans l’incendie qui a récemment ravagé un immeuble parisien habité par des sans-papiers. «Comment avez-vous fait?» demande le journaliste. «J’ai dit au monsieur de monter sur…l’échafaud, et après, il était sauvé». Vous avez deviné qu’il s’agissait en fait d’un ‘échafaudage’, évidemment. Révélateur ou dramatique, le lapsus? Sans doute mieux que cela: quasi-indispensable!