Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Vayssé titre

Il fut un temps où les militants d’une francophonie pure et dure exigeaient que l’on écrivît “vécés”, afin de respecter la langue de Molière (que cela aurait certainement bien fait ch…), afin de franciser l’abréviation anglo-saxonne ‘wc’, dont Patrice Leconte tira un titre de film où ces «Vécés étaient fermés de l’intérieur”, dans lequel Coluche et Jean Rochefort se renvoyaient la balle (de papier hygiénique).

Thanksgiving

Pour ceux qui apprécient les dindes, avec ou sans plumes,
Pour ceux qui n’étaient pas là en octobre 2012,
Et ceux qui ont oublié l’histoire du volatile,
Reportez-vous à l’article ‘Dindons’: depuis deux ans,
L’oiseau n’a pas changé (c’est peut-être le même?).
Tapez l »expression « dindons de la farce » en haut à droite de la page, et…
A table!

drapeau titre

A l’occasion de l’hommage national aux victimes des récents attentats, nous allons faire honneur au drapeau, et même éventuellement aux Drapeau, puisque ce nom commun est également devenu ‘propre’ (en général, les drapeaux le sont aussi). Parce que, à bien y réfléchir, savez-vous ce qu’est exactement un drapeau, et pourquoi on a (sur)nommé ainsi quelques familles françaises?

Dash titre

Les plus anciens d’entre vous se doutent peut-être déjà que nous allons parler aujourd’hui de ce terme énigmatique et cinglant (un peu comme Dietrich?*), un son terrifiant et quasiment barbare qui renvoie…à la lessive du groupe américain Procter & Gamble, un produit décapant qui s’est fait mousser dans tous les pays à partir des années 1960 (62 exactement)…What else, comme disait Georges?

Série bizarre Meu

Franchement, s’appeler Meu, c’est un coup vache, et pourtant il n’y a pas de quoi se mettre à meugler, étymologiquement parlant. Car ce nom, assez rare et plutôt réservé à quelques familles du Sud-Ouest, est plus facile à comprendre une fois qu’il est écrit, car il s’agit bien de Meu, ou parfois de Meus, et non pas de Meuh (une orthographe à la hache), onomatopée bovine tout à fait déplacée en l’espèce (si j’ose dire).