Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Chirac

«Son nom commence comme une caresse et se termine comme un coup de cravache»…Je sais, on avait dit ça de Marlène…«Dietrich», mais, d’un point de vue phonétique, l’effet est à peu près semblable, un patronyme qui claque comme un éclair sur le rocher d’une montagne corrézienne; forcément corrézienne.

Gasquet 2

Déjà analysé dans ces colonnes pour ses hauts-faits lors de l’US Open 2013, le patronyme de notre tennisman national revient à la Une à l’occasion des finales de l’édition 2016 de la Coupe Davis, une belle occasion pour (re)lire l’explication -simple- des racines de son nom, une histoire de…gascon évidemment. En complément des quelques lignes sur lesquelles vous vous serez précipité en tapant son nom en haut à droite de cette page, voici quelques pépites d’une tradition dite populaire qui, quoi qu’on en dise, ne s’accorde pas toujours avec le bon sens…

Le Fur

Coup de chapeau à la multi-médaillée (saut en longueur et 400 m!) paralympique lors de ces Jeux de Rio, sans compter les récompenses déjà glanées aux précédents rendez-vous mondiaux. L’athlète vendômoise ne manque ni de motivation ni d’enthousiasme, ce dont lui rendront hommage plusieurs établissements en portant son nom; mais c’est surtout de sagesse dont elle fait preuve, au moins étymologiquement.

Alstom

Eternel objet de soubresauts économiques et enjeu de (réciproques) reproches politiques, l’entreprise nationale est à nouveau (1) sous le feu des projecteurs de l’actualité. Il ne suffit pas d’être à la pointe des convois de TGV, Eurostar, métros et autres tramways, sans oublier quelques gigantesques infrastructures de transport et de distribution d’énergie, il est également indispensable de garder sur de bons rails la gestion des ressources humaines; bref, ça gronde encore du côté d’Alstom. Alstom? Vous êtes sûr que ce n’est pas Alsthom? Pourtant j’aurais juré que…

Ortega

Entre Bill et Amancio, qui a la plus grosse…fortune (du monde, s’entend, sinon c’est pas marrant)? Tel est le sujet d’actualité qui mérite bien la Une des médias, au gré des fluctuations boursières quotidiennes, l’un repassant devant l’autre et réciproquement comme dans une course aux (gros) escargots au fil de cotations. Pourtant la récente -et néanmoins réticente- médiatisation du fondateur et patron du groupe espagnol Zara risque de donner une crise d’urticaire à quelques jaloux, y compris et surtout étymologiquement…