Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Bolloré 2

Cas rarissime en étymologie, le patronyme du  »n°2 de chez Renault » comme disent les médias, ou du président -du Conseil de surveillance- du groupe Canal + (1), est presque un jeu de mots, qu’il suffit de fantasmer un peu pour en trouver l’origine ou plutôt la…racine, littéralement. En effet, on peut imaginer, avec ce ‘bolloré’ initial, une déformation de ‘bol doré’ par exemple, ou encore ‘beau doré’ pour ‘beau loré’; eh bien, c’est presque ça!

Tournaire titre

La mise en examen du candidat François Fillon a pointé les projecteurs de l’actualité sur le juge chargé d’instruire  »l’affaire », un magistrat (re)connu pour sa discrétion (!a preuve, pas de photo) mais aussi sa détermination. Cette nomination sera-t-elle à l’origine d’un tournant dans les événements? A tout le moins d’un point de vue étymologique, quitte, à force de rebondissements, à donner le…tournis aux citoyens.

Asselineau

Profitez-en, cela ne va (peut-être) pas durer: après un premier échec en 2012, le président de l’UPR (Union Populaire Républicaine) vient cette fois d’obtenir le nombre de parrainages nécessaires et donc le droit de se présenter à l’élection nationale, accédant ainsi à une notoriété et à des médias qui se sont, autrefois, plaints de…’harcèlement’ de la part de l’énarque parisien.

Destremau 2

L’événement sportif de la semaine n’est pas un match de football conclu (bientôt) sur un score de 10 à 2, mais l’arrivée du dernier des challengers du globe (terrestre, puis vendéen), le navigateur Sébastien Destremau. Ca vous dit quelque chose? Il n’y a pas si longtemps -dès le départ de la course- une chronique lui était consacrée, il y a « à peine » (sauf pour lui qui se débattait en pleine mer) trois mois. Petit jeu du jour: au fait, vous vous souvenez de son étymologie? Sinon, faites comme les lointains nouveaux lecteurs francophones, tapez le nom dans le champ de recherche en haut à droite de la page, et descendez légèrement; bonne lecture!

Opel titre2

Et hop(el), un petit coup d’automobile (ça changera de la politique), à l’occasion du rachat de la marque allemande (du moins à sa création) par Peugeot (*). Le prénom mentionné ci-dessus n’est pas le dernier modèle de la marque -en général, les noms des voitures sont féminins- mais plutôt le premier, en tous cas celui de son créateur (qui faisait tout sauf de la bagnole et pour cause: en 1867, on ne connaissait industriellement que la machine à coudre et la bicyclette). Adam, vous connaissez; mais Opel, ça vient d’où?