Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Requiem Alma

C’est le titre optimiste de la chanson française au Concours Eurovision de l’année. Joyeuse et rythmée sans doute («Embrasse-moi, dis-moi que tu m’aimes, Fais-moi sourire au beau milieu d’un requiem…») mais un peu morbide, vu que le mot qualifie une oeuvre -littéraire ou musicale- destinée à souhaiter le repos éternel à un défunt! Bon d’accord, il fallait une rime en ‘ème’, et impossible de demander à son amoureux «dis-moi que je suis la deuxième, ou la troisième (mais pas la première)», bref, pourquoi pas «un TeDeum pour mon homme» ou «un Agnus Dei pour mon chéri»?

Louvre 2

Ce sera donc le plus royal des symboles républicains du moment, celui d’un ‘stade’ (mesure de distance grecque: environ 400 mètres) parcouru par le nouveau Président. Du haut de cette pyramide, moins de 40 ans le contemplent, mais beaucoup plus de siècles linguistiques pour arriver à former le nom magique d’un palais qui aura vu passer têtes couronnées, intrigues et surtout …animaux sauvages; finalement, cet endroit est peut-être une énigme.

Dusautoir 2

A l’occasion de ses adieux au Top 14, beaucoup de questions au sujet du ‘dieu Titi’, capitaine de rugby et non athlète…du sautoir, déjà présenté lors de précédents événements (octobre 2015). Pour transformer l’essai, tapez son nom dans le champ de recherche

Patronymes EU titre

Un jeune (et curieux) linguiste tchèque* vient de publier une très intéressante étude comparative des patronymes européens, dont je me permets, en ce week-end de ‘neutralisation électorale’, de vous présenter et de traduire quelques éléments tout à fait cohérents avec le sujet de ces chroniques d’actualité. Il s’agit de savoir, statistiques d’état-civil à l’appui, quel est le nom de famille le plus fréquent dans chaque pays de l’Union, et, évidemment, ce qu’il signifie. Autant dire quelques surprises. Exemples.

Trogneux

Mais si, vous la connaissez, vous risquez même de la voir pendant quelque temps aux côtés de son (second) mari, un certain Emmanuel Macron, dont le nom figure déjà dans ces chroniques depuis longtemps (depuis sa période ministérielle*); il est donc intéressant de compléter la carte d’identité étymologique du couple par le -en fait, les- patronyme(s) de celle qui fut un temps Mme Auzière, de son nom de jeune fille Trogneux…