Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

…un demi-million d’habitants  en révolte contre des violences policières qui touchent sa population noire. Or, plusieurs commentateurs (on n’ose pas dire journalistes) à l’attention et peut-être à la culture distraites ont récemment situé cette ville dans le grand Sud puisqu’elle est bordée par le Mississippi, un fleuve qui prend sa source dans…le nord des Etats-Unis, plus près de Chicago que de la Nouvelle-Orléans; une information qui prend l’eau, même étymologiquement!

…or, si le personnage est connu, le patronyme qu’il porte semble tout à fait simple mais pas évident (1) pour autant. Que diriez-vous d’une petite plongée-hommage dans les racines linguistiques de ce mot?

« Tu bosses ou tu te touches, là? » aurait dit le (jeune) député de l’Aisne à son (ex)chargée de communication…Dans les années 1970, on aurait dit « Tu veux ou tu veux pas » (Marcel Zanini) ou « Un député, ça trompe énormément », pour reprendre titre du célèbre film d’Yves Robert…Fuyons pour une fois l’unique sujet d’information du moment pour un petit clin d’oeil sur un fait-divers qui, en d’autres temps médiatiques, eût mis en lumière ce patronyme très sensible dans un contexte de harcèlement.

Au moment où les télévisions rediffusent « Les choses de la vie » (Claude Sautet) pour rendre hommage à Michel Piccoli, le dialoguiste de ce film et de tant d’autres disparait; réactions unanimes pour saluer la mémoire du très créatif romancier, auteur de centaines de chansons et académicien d’origine gasconne, au moins étymologiquement. Surprise: c’est un très proche cousin -linguistique- du journaliste Jean-Michel Apathie, récemment entré dans ces articles. Tapez son nom dans le champ de recherche.

Pas content du tout l’ex-footballeur international d’origine basque, qui voit rouge au sujet des Marine & Blanc, au point de parler d’un ‘Dallas-sur-Gironde’ en pointant les tribulations (financières, managériales) du club bordelais cher à son coeur. Pourtant, avant de se retirer faire la planche (de surf) à St Jean-de-Luz, le talentueux arrière gauche plusieurs fois champion n’aurait jamais dû quitter son arbre, y compris étymologiquement.