Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Ecouvillon

Et un mot de plus à la Une, par la grâce d’une médiatisation aussi inattendue que subite. Le dernier accessoire à la mode (littéralement: qui représente un moyen ou une manière de faire quelque chose) est un petit stylet qu’il convient d’enfoncer «dans des cavités anatomiques» comme le disent sans plus de précisions certains dictionnaires. Et quelle est la fonction de ce ‘coton-tige nasal’ (que vous avez peut-être expérimenté)? Donner un bon coup de balai au coronavirus, à tous points de vue d’ailleurs.

Résilience

Est-ce la crise (d’inspiration?) dans le répertoire militaire français, qui se lance dans la psychologie réparatrice en abandonnant la lignée des Opérations ‘animales’ comme Epervier (Tchad, 1986) Licorne (Côte d’Ivoire, 2002) ou Serval* (Mali 2013)? Il est vrai qu’il s’agit cette fois de se battre « non pas contre un pays ou une nation » (dixit Manu) mais contre un virus, en assurant l’évacuation et le transport de personnes atteintes que l’on va retirer des zones les plus sensibles en les reculant par rapport au front…C’est exactement l’étymologie de ce mot!

virus

Impossible d’échapper -médiatiquement- au mot qui aura été le plus conjugué en ce début d’année, et qui aura permis de  couronner (1) de succès le retour en force du latin dans notre langue puisque ‘virus’ est l’un des quelques ‘-us’ qui ont subsisté tels quels en français. Je m’en vais donc, mordicus, vous faire un laïus dont vous me donnerez quitus.

Confinement

Voici un terme qui, contrairement à la réaction qu’il provoque chez certains, est le meilleur moyen de se rapprocher de son voisin! Pas d’un point de vue sanitaire évidemment mais tout simplement géographique, car la racine de ce quadrisyllabes quasi-totalement oublié, sauf dans le domaine nucléaire, vient d’un verbe latin qui signifie…se rapprocher, en tous cas aller au plus près d’une certaine limite pour rencontrer un proche. Explications.

Quatorzaine

Ca y est! Voilà l’apparition des premières ‘quatorzaines’, je veux parler non pas de la période d’incubation d’un virus, couronné ou non, mais du mot lui-même. Difficile en effet de demander aux médias de se séparer d’une ‘quarantaine’ très inexacte en l’occurrence et qui fait désormais sa crise dans le vocabulaire de la presse. En tous cas étymologiquement.