Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Brésil

La chronique précédente sur l’étymologie du mot avait pour but de voir si la tentative d’attentat sur le futur élu (Jair Bolsonaro, également dans le répertoire (*) allait ou non…mettre le feu au pays. Auparavant, il avait été question des Jeux Olympiques au pays des cariocas; aujourd’hui, ce serait plutôt de savoir où se trouve l’étincelle de raison qui permettra d’éteindre les incendies. Si vous ne l’avez pas déjà deviné, le Brésil, c’est bien une histoire de…brasier.

Corse

Le département «ami de la nation française » (1) a tenu le direct sur plusieurs chaines de télévision à l’occasion du dernier ‘Grand Débat’ orchestré par le gouvernement. Comme en témoignent quelques titres peu originaux de la presse écrite («Grand débat: ça se corse », « Macron: des échanges corsés ») le mot -lui aussi- pose encore problème à un certain nombre de nos compatriotes, par lequel certains n’hésitent pas à justifier la provenance des…corsaires.

Macédoine 3

Toute Une mentionnant « La Macédoine change de nom » ne peut qu’être intéressante pour notre sujet, surtout quand on attend avec curiosité quelle autre racine sera utilisée pour qualifier sinon un nouveau pays, du moins une nouvelle nation…Pas de panique: l’ARYM (1), l’ancienne République yougoslave de Macédoine ne va pas trop quitter ses airs de prétendante à l’Eurovision pour devenir la République de Macédoine du Nord. Nuance…

Californie 2

Un de mes maitres (en journalisme) disait: «Quand tu n’as rien à dire, parle de la météo, c’est ce qui intéresse le plus les gens » (1). Partant du principe que nous avons quelques heures de répit avant de nouvelles révélations diverses, j’ai choisi de faire barrage à la politique en mettant un coup de projecteur sur la…Californie, pays déjà le décor d’une réalité catastrophique à cause d’une fissure dans une retenue d’eau qui menaçait de noyer la vallée (2017), alors que depuis quelques semaines il est le théâtre de gigantesques incendies (2018)

Tchétchénie

Si les événements -et les journalistes- continuent à couler dans le même sens, le mot va finir par ‘coller’ définitivement à ‘la piste…’, aussi sûrement que l’actualité est forcément ‘brûlante’ et l’émotion ‘palpable’, y compris dans les rues deux jours après l’attentat qui a défrayé la récente chronique («faut amortir les directs, coco!». Autant donc se renseigner un tout petit peu sur la racine du ‘mal’ (terroriste, dixit Donald); et la piste en question nous conduit tout droit dans les montagnes…