Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Carcassonne

Un récent reportage (1), diffusé au public et donc tout à fait professionnel, vient de se payer une belle tranche de (fausse) étymologie, en racontant la légende (heureusement) de Dame Carcas, figure historique à laquelle la ville de Carcassonne devrait son nom. Nulle critique envers cette belle idée, sauf qu’évidemment l’origine réelle du mot n’a rien à voir avec le conte; néanmoins, le procédé illustre assez bien les fréquents ‘fantasmes’ en la matière!

Biarritz 3

B comme bunker, qu’il disait le monsieur de la télé…Biarritz, ‘ville à risque’ pendant le G7? En tous cas d’un point de vue étymologique, car on a entendu toutes les versions sur l’origine du nom de cette commune. Les unes et les autres sont envisageables tant on est peu sûr des termes exacts contenus dans le mot et, quand on arrive à quelques certitudes, ils sont quasiment…synonymes. Explication(s).

Bourgthéroulde

Encore un piège pour les journalistes -essentiellement radio et télévision- obligés de téléphoner à tour de rôle en mairie pour savoir comment se prononce le nom de cette désormais célèbre (pour quelque heures) commune de Normandie. Et encore une bonne raison de résumer quelques explications simples sur l’étymologie de ce terme apparemment très compliqué (attendez la suite du circuit présidentiel…)

Niort

L’événement national du jour tient donc en quatorze mots qui ont suscité des centaines de lignes de commentaires capitaux: Niort (chef-lieu des Deux-Sèvres) est-elle « une des villes les plus laides qu’il (m’) ait été donné de voir »? La phrase est extraite du dernier opus de Michel Houellebecq et passe mal auprès des Niortais, comme s’en émeut la presse locale. Et si jamais, étymologiquement…

Blanquefort

« Il était une fois… » une belle princesse arabe répondant au doux nom de Blanqua. Son père était un valeureux chef de guerre arabe, qui l’avait emmenée dans sa campagne militaire en Sud-Ouest de la France, histoire de se battre contre ce Charles si habile à manier le marteau (une masse d’armes, pas le format qu’on trouve dans les magasins de bricolage) qu’on l’avait surnommé Martel…