Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Angot

C’est l’histoire de la fille rebelle d’une ‘poissarde’, comme on disait du temps de Molière pour désigner les…poissonnières; « La Fille de Mme Angot » sert à la fois de scénario à un opéra-comique (désuet) du compositeur français Charles Lecoq (1872) et d’état-civil à la chroniqueuse de l’émission de télévision « On n’est pas couché » sur France 2. Encensée pour son style littéraire ou critiquée pour ses ‘sorties’ médiatiques, la très clivante et future ex-duettiste de Charles Consigny (l’un et l’autre quittent l’émission) a largement les moyens de se battre, surtout étymologiquement.

Lariboisière

Il y a urgence(s) à sauver le soldat Lariboisière, si l’on en croit les alertes récurrentes de personnels soignants épuisés par la charge de travail mais surtout par la difficulté à gérer les patients. Le nom revient régulièrement à la Une des médias et s’y installera peut-être jusqu’à prise en compte des revendications, avec ce phénomène progressif inévitable qui le fait entrer dans nos habitudes sans savoir ce qu’il signifie exactement. Au fait, docteur, c’était qui (ou quoi) Lariboisière?

Serres

« Viens, laisse ces c…, on va dîner quelque part ensemble »…Avoir eu l’honneur d’une invitation personnelle -même si professionnelle- avec un tel personnage relève d’une coïncidence exceptionnelle, celle d’une entrevue (interview, en français) sur un plateau de télévision où Michel reviendra, par sympathie, à deux reprises supplémentaires! Pendant l’émission, une certaine complicité s’était établie, pour quelques heures, entre le jeune présentateur que j’étais et l’académicien maître des mots.

Buttigieg

Il va falloir beaucoup d’efforts à certaines langues françaises pour faire entrer dans le paysage politique américain l’un des futurs candidats du parti démocrate à la Présidence; outre la Une du magazine Times qui l’a d’ores et déjà présenté avec son mari comme première possible ‘First Family’ gay, l’ex-maire de South Bend (Indiana) a un nom difficile à avaler, ou plutôt à la Valette.

Everest

Curieuse idée de transformer ‘le toit du monde’ en poubelle…La presse parle beaucoup, ces derniers temps, de l’incivilité des montagnards qui commencent à considérer (à leurs risques et parfois péril mortel) que le plus haut sommet de l’Himalaya peut absorber sans vergogne les déchets de la civilisation. Une telle invasion touristique, comme les inconscients qui partent en baskets à l’assaut du Mont-Blanc, n’aurait certainement pas plu à Sir George…