Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Rachline

En voilà un qui va pouvoir déguster sa place (ou goûter, c’est le même mot en plus simple: dé-guster, c’est dé-goûter, avec un préfixe qui augmente le sens, pas du tout ce que vous croyez), c’est le nouveau responsable du pôle communication (entre autres) du Front National. Succédant à un amateur de chevaux (étymologiquement, Philippot est un diminutif de Phil-(h)ippe, celui qui aime les chevaux, en grec) qui vient d’envoyer sa dernière ruade, notre ami David serait presque en droit d’en faire des gorges chaudes, toujours étymologiquement bien sûr…

Schiappa

La femme du jour, et sans doute des semaines et mois à venir dès que les épisodes cycloniques (se?) seront épuisés et les journalistes revenus en métropole, est la  »Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes »…Rien que la formulation de la fonction est déjà une révolution paritaire en soi, l’ordre habituel de l’expression consacrée pour désigner l’Humanité ayant toujours été ‘les hommes et les femmes’! Voilà donc une ministre (1) qui commence par mettre un curieux désordre, sachant en plus que ses prochaines interventions concerneront l’ouverture (jadis si controversée) de la Procréation Médicalement Assistée à toutes les femmes, quelle que soit leur situation conjugale.

Blanquer

C’est sans erreur possible l’homme de la rentrée, surtout si elle est scolaire, car le ministre de l’Education Nationale a dû donner de sa personne pour assurer que (comme chaque année) le retour général dans les écoles ‘s’est bien passé’, quelles que soient les perturbations de personnel dans le nième éventuel changement des rythmes scolaires.

Borne

Elle a acquis une notoriété ministérielle en manifestant une (petite et tardive) visibilité médiatique à l’occasion de la longue panne ‘électrique’ qui a forcé la SNCF à déporter la gare Montparnasse dans un arrondissement voisin, dans un Austerlitz devenu Waterloo le temps d’un malencontreux week-end de départs en vacances. Hélas, le nom de la ministre n’a pas empêché quelques animateurs radio (on espère pas journalistes) d’en profiter pour en faire des tonnes -ou plutôt des kilomètres- et marquer par leurs commentaires cet incident d’une pierre blanche et d’une ignorance sans…bornes. A tort!

Brulebois

Manifestement, le torchon (et peut-être les planches) brûle(nt) à l’Assemblée Nationale, dont l’hémicycle retentit de plus en plus souvent des ‘erreurs de jeunesse’ des nouveaux élus, vice-présidente comprise. En effet, lors d’une session dirigée par la remplaçante de François de Rugy, la députée du Jura (mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus) s’est vue reprocher une gestion des prises de parole un peu cahotique. Problème de micro ou pas, ce ne sont pas les commentaires qui ont manqué en fin de soirée, sans épargner son patronyme. A tort ou à raison?