Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Levavasseur

La femme de la semaine fait exploser les statistiques (1) sur la flamboyante présence de la couleur rousse dans les portraits de personnages médiatiques (et bientôt politiques). Dans un contexte social pas toujours très tendre avec ceux qui osent sortir de la pagaille pour entrer dans un rang, une jeune aide-soignante normande tente de structurer un mouvement sans paraitre inféodée à un parti ou à son leader. Mais cela va être difficile, surtout étymologiquement…

Muselier

Si vous consultez ce site dans l’ordre chronologique de parution des articles, vous remarquerez une certaine logique des événements avec les deux précédents (cagnotte, Dettinger), puisque le sujet du jour est l’homme qui a pris l’initiative d’ouvrir à son tour, en faveur des forces de l’ordre, un compte de collecte de fonds qui a eu un succès certain. En voilà un qui a eu du nez, y compris d’ailleurs étymologiquement…

Zourabichvili

‘Heureusement’ (remarque strictement linguistique), elle se prénomme Salomé, ce qui rend un tout petit peu plus familier son état-civil d’origine caucasienne. Car même si son élection est passée assez inaperçue pour cause prolifération de gilets-jaunes, cette ex-ambassadrice de France en Géorgie (la terre de ses ancêtres) a été élue -largement semble-t-il- première femme Présidente de ce pays. Pas besoin (ni le temps) de changer quoi que ce soit au patronyme depuis la fuite de Tbilissi en 1921 (invasion russe); mais moins facile à comprendre que Dupont ou Martin, non?

Bolsonaro

Avec un, c’était déjà pas mal; mais maintenant on voit des Trump partout, dont un ‘tropical’, surnom de l’homme politique brésilien qui est en train de secouer l’électorat -et peut-être la stabilité- de son pays. Nostalgique de la dictature militaire, il a également ‘bénéficié’ de l’effet médiatique d’une tentative d’assassinat pendant sa campagne mais son arrivée au pouvoir pourrait surtout perturber la Bourse nationale, du moins étymologiquement.

Gourault

Dur, dur, de saluer dans ces colonnes l’arrivée (de la rue d’à côté: c’est l’ancienne ministre déléguée de Gérard Collomb à l’Intérieur) de la nouvelle ministre à la Cohésion des Territoires, etc (je résume). Difficile également de se tromper sur l’origine de son nom, puisque ce Gourault caractéristique des bords de Loire (ou Gouraud plus au sud, en Vendée) a un rapport direct avec le verbe français -plutôt ancien- souvent écrit (se) gourrer, mais dont l’orthographe académique est gourer, ce qui n’arrange pas vraiment les choses…