Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

…ou devenus tels, en général parce que théâtres d’un événement particulier, parfois touristique, parfois plus dramatique comme c’est le cas de cette vallée encaissée des Alpes-Maritimes récemment noyée dans les flots en crue de la rivière éponyme. La plupart des dictionnaires géographiques la définissent d’ailleurs comme ‘une petite rivière abondante, au régime hydrologique pluvio-nival’…c’est le moins qu’on puisse dire.

Donc, même impressionnés par le débit du courant sorti de son lit, les journalistes n’ont donc aucune raison de la traiter de ‘fleuve’ (*), puisque la Vésubie se jette dans le Var (définition même du cours d’eau qui rejoint un fleuve qui, lui, conduit à la mer). Mais pour l’instant, cela ne nous avance pas beaucoup pour décrypter ce nom français issu du nissart (le patois…niçois, forcément) ‘vesubià’. 

D’ailleurs, plusieurs hypothèses s’affrontent dont certaines très significatives des efforts ‘à tout prix’ pour trouver une étymo…logique à ce mot: on a en effet parlé d’un parallèle avec l’italien…Vésuve, soit ‘vésuvius’ en latin, ‘vesubio’ à certaines époques, donc éventuellement possible – au moins d’un point de vue linguistique – en s’appuyant sur une alternance v/b.

On va donc chercher une très ancienne racine pré-indo-européenne ‘vis- ou ves-’, qui signifierait ‘montagne’ (ça tombe bien), et même ‘montagne qui fume’ (ça tombe moins bien, en tous cas pour notre vallée)…D’autant qu’une autre origine (dont j’ignore la langue) s’appuierait sur une syllabe ‘vis(ubie)’ pour en faire ‘une vallée creuse’ (le contraire du précédent, quoi; par ailleurs qui connait une vallée pas creuse; en tous cas, creusée par les tonnes d’eau, c’est sûr).

L’impression d’avoir cherché une explication a-posteriori est un peu moins forte avec la racine d’origine gauloise ‘vesu-’ qui évoquait quelque chose comme ‘bon’ ou ‘adéquat’, ‘convenable’…Elle aurait au moins le mérite de dater le lieu de façon relativement réaliste, d’autant que les Vésubiens sont bien les habitants de cette vallée.

Après ‘vésu-’, nous resterait donc à éclaircir la fonction de ce’-bie’, qui nous met tout droit sur le chemin du latin ‘via’ (la route), francisé en ‘-vie’ (rien à voir avec le contraire de la mort) ou ‘-bie’ au Moyen-Age! La vésubie serait-elle le ‘chemin-correct’ ou le ‘bon-chemin’ qui mène au curieux col de la Fenestre, lieu de passage régulier (au sens de ‘facile’?) entre l’Italie et la France mais surtout sanctuaire dédiée à la Vierge, édifice au-dessus duquel un trou dans un ‘caïre’ (rocher, en provençal) laissait voir la voûte céleste, d’où la ‘fenêtre’ sur le ciel?

Finalement, si la rivière a donné son nom à la vallée puis à certains villages (en composition: St Martin, La Bollène..etc), on ne découvre pas aujourd’hui qu’elle a pu être ‘inadéquate’: tremblements de terre et crues régulières l’ont fait surnommer au cours des siècles « le torrent de la Madone des Fenêtres ». Décidément une avalanche de surnoms; y compris peut-être étymologiquement!

(*) Sur quasiment toutes les chaines dites ‘d’info continue’, comme quoi tout ne coule pas de source…

…et, dans l’avant-dernière étape franc-comtoise, les spectateurs n’ont pas manqué d’encourager l’enfant du pays, un certain Thibaut Pinot déjà distingué dans le Tour 2012 (et dans ces colonnes) dont vous aurez peut-être envie de (re)voir l’origine linguistique ici: http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/personnalites/pinot-thibaut/.

Idem pour le site probablement le plus original (linguistiquement) traversé lors de cette compétition et déjà mis au programme de la boucle 2017, à voir ici: http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/planche-belles-filles/

En attendant l’arrivée à Paris…

…un demi-million d’habitants  en révolte contre des violences policières qui touchent sa population noire. Or, plusieurs commentateurs (on n’ose pas dire journalistes) à l’attention et peut-être à la culture distraites ont récemment situé cette ville dans le grand Sud puisqu’elle est bordée par le Mississippi, un fleuve qui prend sa source dans…le nord des Etats-Unis, plus près de Chicago que de la Nouvelle-Orléans; une information qui prend l’eau, même étymologiquement!

Cette semaine sera l’occasion d’un nouvel événement officiel puisque se tiendront de nouveaux ‘Accords’, terme en principe historique comme les Accords de Münich, de Latran ou de Grenelle. Or, la nécessité de multiplier les concertations sans doute (ou d’oublier qu’on n’a pas pu tomber…d’accord?) oblige à abréger l’expression pour ne retenir que le site des discussions. On a donc désormais le Grenelle (1) de l’Environnement par exemple et aujourd’hui un ‘Ségur de la Santé’ au sujet des hôpitaux.

L’un des avantages de la médiatisation, c’est que l’on découvre (parfois) l’existence de lieux ou de villes sur lesquels on n’avait pas la moindre idée (ni intérêt) quelque temps auparavant. Les habitants de l’Essonne (France) ne savaient pas qu’ils étaient sinon jumeaux du moins jumelés avec la province d’Hubei (Chine), pas plus que des Bordelais apparentés -diplomatiquement- avec la désormais célèbre pour l’éternité (du 21ème siècle) Wu-Han, marché super aux chauves-souris et autres pangolins. Mais aujourd’hui, difficile d’échapper à la Chine…