Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Collomb (Gérard)

Collomb

Cas rare dans l’histoire des communes: à douze ans d’intervalle, la ville de Lyon a vu se succéder à la mairie deux Collomb, un Francisque, forme médiévale de Francis (jusqu’en 1989), et le nouveau ministre de l’Intérieur Gérard (depuis 2001), fils de Marc Collomb et de Marcelle Cuissard (aïe). On trouve même parfois l’orthographe Collomp, l’un et l’autre avec deux L (c’est mieux, pour ce qui va suivre), mais aussi simplement Colom, Colon (!), Coulom et Colomb; il va donc, forcément, être aussi question d’un certain Christophe…

Sous la forme Collomp (le P est juste un B moins sonore, pour ne pas dire muet, à cette place), le patronyme appartient aussi à un ingénieur français retenu au Nigéria (en 2012) qui s’était envolé, semble-t-il, par ses propres moyens, faisant ainsi passer ses ravisseurs pour des pigeons, ce qui ne peut pas mieux tomber. Car, à l’origine des Collomp ou Collomb, il y a le mot latin ‘colombus’, qui désigne un pigeon (la distinction avec colombe, tourterelle ou tout autre…colombidé n’arrivera que plus tard). Il vaut donc mieux l’écrire avec deux ailes, mais les variantes simplifiées sont tout aussi valables, comme les Colom catalans, les Coloma espagnols, sans oublier les Colomba corses (merci, Prosper Mérimée), les Colombani (comme le journaliste Jean-Marie), les Colombet (diminutif, ‘le pigeonneau’), les Colombier (comme le compositeur Michel (1), du nom du propriétaire du poulailler à pigeons), et même les Colombin (une personne aux cheveux de couleur grise, comme le gosier d’un pigeon).

Voilà un vol de patronymes qui, à travers les siècles, ont parfois désigné des gens ayant une activité en rapport avec les pigeons (élevage, transport, utilisation ‘postale’, vente, voire chasse), mais le plus souvent, on a donné à ce nom le sens figuré d’une personne gentille -voire naïve- comme un pigeon, d’où le sens argotique; peut-être aussi à cause de l’influence de la racine propre du mot pigeon, le latin ‘pipius’, littéralement celui qui ‘piaille’, comme un oiseau sans défense, et que l’on peut donc facilement…plumer comme un pigeon.

Rajoutons quelques autres pigeons célèbres, dont le navigateur le plus dinde de l’histoire puisqu’il a longé un continent déjà ‘découvert’ (et qui ne porte même pas son nom), le signore Cristof(oro) Colomb(o), dont le GPS interne devait être moins bon que celui de ses ancêtres. Tout le contraire d’un autre type, habillé en gris et qu’on a souvent pris, à tort, pour un pigeon mais qui ne perdait jamais le nord dans ses enquêtes, un certain Inspecteur Columbo. Citons également le pigeonnier français sans aucun doute le plus connu, et qui a hébergé un grand voyageur sur le retour: il s’agit d’un village situé en Haute-Marne, autrefois réputé pour ses pigeonniers, et par la suite orné de deux édifices religieux qui l’ont transformé -forcément- en…Colombey (colombier) Les-Deux-Eglises.

La moins bien lotie de tous est une femme amoureuse d’un Pierrot et s’appelle Colombine, terme qui désignait très précisément, au début du 18è siècle, la…fiente de pigeon (d’où le fameux ‘colombin’ de certains parlers locaux). N’en tirez aucune conclusion machiste, ou ne croyez pas que le jeune homme l’appelait ‘ma petite crotte’; les deux personnages de la Comedia dell Arte sont bien antérieurs à cette époque et n’ont donc aucun rapport avec cette m… puisqu’en fait, lui est tout blanc de farine car boulanger, et elle est blanchisseuse, autrement dit mouillée de la plume (et donc peut-être pas blanche comme une colombe).

N’oublions pas pour terminer les Sainte-Colombe, nom de plus de cinquante communes en France dans à peu près tous les départements, dédiées pour une fois non pas à une martyre mais à l’oiseau symbole de paix (et de Trinité, le Saint-Esprit), dont le représentant le plus musical est un certain Jean (‘Monsieur de Ste-Colombe’, dans le film ‘Tous les Matins du Monde’), compositeur du 17ème siècle, amateur de ‘Pleurs’ -son oeuvre la plus célèbre- et joueur de viole de gambe (= qu’on tient entre les…jambes).

Souhaitons enfin que le film éponyme le plus célèbre, «Blanches Colombes et Vilains Messieurs» (Joseph Mankiewicz, 1955, avec Brando, Sinatra,etc) ne confirme pas la réalité de l’expression pendant le ministère de Gérard, même étymologiquement!

(1) Des dizaines de musiques de film, et aussi le célèbre générique ‘Folon’ de la chaine de télévision (à l’&poque) Antenne 2


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>