Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Accoyer (Bernard)

Accoyer

«Dites Aaaah…», ce sera peut-être la méthode du tout nouveau Secrétaire National Les Républicains pour faire dire ‘oui’ aux frères ennemis de la Droite (et du Centre), puisque Bernard Accoyer, ancien médecin ORL, a été le premier pompier volontaire pour apaiser -en leur temps- les rivalités Copé-Fillon; mais ce qui nous intéresse ici concerne uniquement l’origine du nom de cet homme dont la souche étymologique a germé entre Savoie et Lyonnais. Et, pour ramasser ce qui a poussé, il faut faucher, forcément…

Le mot n’est pas spontanément évident, sauf si vous venez du milieu agricole (et encore, dans certaines régions). En effet, Accoyer se compose de deux éléments, un préfixe et une racine; préfixe: ac-, racine: coyer (et non pas accoy-er, comme on pourrait le supposer si c’était un verbe, par exemple). Alors que les noms ‘de filiation’ (le fils de…) s’expriment généralement par un diminutif final, c’est en début de mot que l’on trouve cette fois la nuance: ac-coyer signifie en effet ‘le fils de Coyer’, plus précisément sans doute ‘le fils de celui qui utilise le coyer’.

Car un coyer, ustensile agricole issu du latin ‘cotis’, désigne cet étui que port(ai)ent les faucheurs à la ceinture pour mettre la pierre à aiguiser, une sorte de petit fourreau pointu, en peau mais le plus souvent en métal pour pouvoir laisser tremper le fil de la pierre dans un peu d’eau…L’objet pouvant avoir de multiples autres appellations dans les régions, le coyer savoyard se retrouve sous la forme ‘coyez’ dans le Nord par exemple, et ce dès la fin du Moyen-Age. On trouve même les lieux-dits la Coyère ou les Coyères, pour localiser des surfaces destinées à être fauchées.
Ne pas confondre avec le coyer ou coyau du menuisier, cette petite pièce pointue chargée de canaliser les eaux de pluie d’une charpente. Dans un cas comme dans l’autre, on est quand même dans du vocabulaire très spécialisé.

Il existe un troisième (et dernier, à ma connaissance) terme qui pourrait venir concurrencer le surnom du faucheur savoyard, c’est le patronyme Coy (ou le Coy parfois), dont Coyer peut être une variante locale. Or, ce Coy-ci vient d’un autre mot latin qui est ‘quietus’ (cuiétus si vous préférez en orthographe francisée); vous avez déjà deviné que cet adjectif est en rapport avec la quiétude, il s’agit donc du surnom de quelqu’un connu pour être (de caractère) particulièrement tranquille ou calme. Il faudra probablement beaucoup de sérénité à notre Bernard pour calmer tous les prétendants à l’investiture présidentielle, à moins qu’il ne décide de sortir son coyer pour faucher définitivement tous les sujets de discorde. Dans tous les cas, cela restera peut-être un secret du parti, si l’on en croit le titre du dernier livre écrit en 2011 par M.Accoyer: ‘Un homme politique peut-il dire toute la vérité?’ (si! Editions JC.Lattès)


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>