Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Alstom

Alstom

Eternel objet de soubresauts économiques et enjeu de (réciproques) reproches politiques, l’entreprise nationale est à nouveau (1) sous le feu des projecteurs de l’actualité. Il ne suffit pas d’être à la pointe des convois de TGV, Eurostar, métros et autres tramways, sans oublier quelques gigantesques infrastructures de transport et de distribution d’énergie, il est également indispensable de garder sur de bons rails la gestion des ressources humaines; bref, ça gronde encore du côté d’Alstom. Alstom? Vous êtes sûr que ce n’est pas Alsthom? Pourtant j’aurais juré que…

Vous avez raison: jusqu’en juin 1998, la boite à (grandes) vitesses portait un nom formé de deux racines historico-économiques datant de…1928, un rapprochement phonétique issu d’une syncope (linguistique) entre le nom des deux sociétés fondatrices: tout d’abord l’ALS(acienne de construction mécanique) et la branche ferroviaire du groupe électronique THOM(son)…Il faudra donc un second coup de ‘H’ au moment de l’introduction du titre sur les Bourses de Londres et New-York (moins à Paris), pour le simple confort de…prononciation des traders anglo-saxons exposés à un sérieux risque de postillons si on ne gommait pas cette lettre.

Voilà pourquoi le constructeur du Queen Mary II n’a aucun rapport -malgré la sonorité- avec l’atom(e), comme on l’entend parfois (a rêva pas). Par contre, si l’on veut filer le train de chaque racine, savez-vous quelle est l’origine des noms propres, Alsace et Thomson? En ce qui concerne la province française, facile, c’est -comme d’habitude- forcément un mot de source ‘étrangère’ (2), en l’occurrence et très logiquement du germain, époque tribus du 7ème siècle. Pour ceux du (futur) côté allemand, leurs frères installés sur l’autre rive (gauche, donc) du Rhin sont des ‘gens-d’en-face’, des ‘hélizas’ devenus ‘halzas’, etc…Je ne vous fais pas de dessin.

Quant à Thomson, avant d’être le patronyme (très commun) d’un américain créateur des premiers appareils électriques (1889), c’est celui d’un émigré écossais dont l’ancêtre, Thom(as) avait eu une descendance qualifiée de ‘fils de’, autrement dit Thom-son. Lequel ingénieur s’associera d’ailleurs à un certain…Houston, ce qui n’est pas plus mal quand on prétend mettre sur orbite un produit.

(1) Ceci est un rappel et complément de la chronique d’avril 2014. A (re) lire pour d’autres détails supplémentaires.
(2) Voir Japon, Chine, Canada, Venezuela, etc…dans les archives


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>