Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Amélie

Amélie

C’est le nom -féminin, forcément féminin (1)- de la tempête qui aura frappé les côtes françaises en ce début novembre 2019. Emotion et attention maximales chez tous les présentateurs (-trices) météo, ce qui aurait bien fait plaisir au dramaturge français Georges Feydeau qui déjà préconisait, dans une comédie de 1908, « Occupe-toi d’Amélie (2) ». Il n’empêche, cette Amélie est un véritable tourbillon, y compris étymologiquement.

Car des Amélie, il en pleut d’un peu toutes les pages. Cela va de la descendance (linguistique) d’une lignée de rois Wisigoths pour le moins obscurs, à un lien avec l’adjectif latin ‘aemulus’ dont la racine a donné ‘émule’ chez nous, d’où le sens dérivé de…rival, autrement dit (et fermement) un concurrent ou un adversaire acharnés et non le disciple docile et admiratif d’un maitre, comme la langue moderne l’utilise dorénavant. Le même adjectif donnera par contre les prénoms Emile et Emilienne; je ne suis pas sûr que ce soit plus sexy pour notre bourrasque.

Vous en voulez encore? Un troisième dictionnaire vous donnera sans hésiter le sens du mot grec (ça devient sérieux) ‘amalê’ qui signifie tendre. D’où un emballement wikipédiatrique sur la personnalité supposée douce et affectueuse des Amélie homonymes…Seul petit détail: la-dite racine grecque veut bien dire éventuellement tendre en français, mais pour qualifier la…tendreté (et non pas la tendresse!) de la chair d’un jeune animal, que l’on s’apprête à cuire par exemple. Allô, Amélie Poulain?

Et, dans certains dialectes post-classiques, ce mot va prendre le sens figuré de tendre donc…mou ou faible de caractère, ce qui est loin d’être le cas, par exemple, d’une tornade des courts de tennis nommée Mauresmo. Le plus plausible, techniquement parlant, serait une formation sur l’autre terme grec ‘améléïa’ qui évoque le manque d’attention d’une personne, la négligence (y compris sur soi), ou encore l’indifférence vis-vis d’autrui; ce qui tombe bien mal pour le déluge de prévisions qui aura accompagné les maudits tourbillons.

Histoire d’en rajouter un souffle, j’en ai profité pour me demander pourquoi le système d’Assurance-Maladie français (ex-la Sécu) portait le nom d’Améli (pourquoi pas Sophie ou Géraldine?). Sans ‘e’. Faute d’orthographe? Plus ou moins: officiellement, saviez-vous qu’il s’agit en fait de l’acronyme ‘Assurance Maladie En LIgne’ (3)? Bon, c’est mieux que la protection universelle maladie (Puma) mais quand même…

La pire amélie que j’aie rencontrée n’a pas de majuscule bien que majeure dans le domaine de la médecine, puisqu’elle représente une malformation congénitale entrainant l’absence de développement total des bras et des jambes, encore un mot grec composé d’un ‘a’ dit privatif en initiale, suivi de la racine ‘mélos’ qui veut dire évidemment membre. Encore une catastrophe, mais cette fois, vous serez au courant. D’air bien sûr…

(1) Vous vous souvenez de Xynthia, de Stéphanie, etc? En fait, ce n’est pas obligatoire. Théoriquement, seules années paires sont féminines; cherchez l’erreur.

(2) Adaptée à l’écran en 1949 par Claude Autant-Lara, c’est Danielle Darrieux qui incarnait le rôle titre d’Amélie d’Avranches. Avec une curiosité au générique dans celui du compositeur Johann Strauss joué par un certain…Jean-Pierre Mocky!

(3) On peut aussi considérer qu’il ne s’agit ‘que’ d’un sigle. Les débats sont ouverts…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>