Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Bataclan

Bataclan

C’est une nouvelle qui aura fait du bruit cette semaine, celle d’un blond qui va monter sur scène pour devenir le symbole mondial de la résurrection d’un pays: la parole (et le micro) sont à…Gordon Matthew Thomas Summer (dit Sting), qui s’est proposé pour la réouverture de la salle de spectacles parisienne attaquée au mois de novembre dernier. Depuis douze mois, vbus n’avez pas pu échapper à la citation de ce nom répété des milliers de fois dans la presse. Mais, sauf à habiter le quartier peut-être, savez-vous d’où vient ce mot quasiment passé dans le vocabulaire courant? Ne trichez pas, prenez quelques instants avant de cliquer sur la suite…

Non, ce n’est pas un mot d’origine arabe (dont on me parle le plus souvent, d’après casbah, razzia, fantasia??), mais du ‘bon’ français, écrit par un…allemand (d’origine) qui voulait faire…chinois. En effet, à son inauguration (1865), cette ‘salle de théâtre pour opéras et opérettes’ s’appelait le ‘Grand-Café-Chinois’ (la mode de l’époque), et c’est grâce -ou à cause, c’est vous qui voyez- d’un certain Jacques Offenbach qu’on abandonna le nom au profit de la première oeuvre qu’il y fit jouer, une…chinoiserie, sorte de farce bouffonne en costumes de soie appelée ‘Ba-Ta-Clan’. Un peu comme, quelques années plus tard, Vincent Scotto sortira son tube ‘Ma Tonkinoise’.

En scène, trois personnages qui, bien qu’étant français, se prétendaient tous fils de l’Empire du Milieu, et donc ‘baragouinaient’ (toutes mes excuses aux bretons) une sorte de charabia (toutes mes excuses aux auvergnats) avec un faux accent italien, histoire de se moquer des traditions de l’opéra classique (1). Bref, tout cela nous donne rapidement une idée de mélange de mots et de phrases incompréhensibles, voire un vacarme produit à la fois par les cris des personnages et même les portes qui claquent…

Or, pour une fois, c’est le sens figuré qui va devenir ‘propre’, c’est-à-dire que, après avoir perdu ses traits-d’union pour simplifier, un ‘bataclan’ va suggérer toute situation en vrac, mal rangée ou mal organisée, que ce soit une pièce, un atelier ou un garage, disons le mot en langage moderne, un…’bordel’. Certains linguistes font même de ce moment une onomatopée (le bruit de l’action) issue du pa-ta-tras qui vous tombe dessus quand vous allez chercher le pot de confiture en haut de la dernière étagère de la cuisine, avec le bruit et les cris pour le même prix.

Alors, Bataclan pour un endroit où on fait de la…musique, elle a intérêt à être plutôt du genre Heavy Métal (ça tombe bien pour le groupe qui y jouait), tout en espérant que les amplis et autres instrument de musique ne tomberont pas dans la salle. Ni tout le bataclan!

(1) Dans le même style, mais plus ‘classe’, jetez un oeil (et une oreille) sur le superbe ‘Voyage à Reims’, opéra de Rossini où des voyageurs de toute l’Europe ironisent sur leur accent réciproque.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>