Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Boistard (Pascale)

Boistard Pascale

Suite de la «série bizarre», ou nouvelle tête politique à connaître (je suis quasiment sûr que vous ne savez pas qui c’est)? Un peu les deux à la fois, car, dans le gouvernement Valls II remanié, la nouvelle Secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées et de l’autonomie s’appelle…Boistard (ça ne s’invente pas). Je vous propose donc d’enfourcher votre déambulateur pour une petite navigation dans l’origine de ce patronyme un peu trop facile à…mettre en boite.

Eh bien non, justement, les Boistard, même sous l’orthographe académique de Boîtard (très peu fréquente) n’ont aucun rapport avec une boite ou quoi que ce soit de fermé, mais tout simplement avec une histoire de…boiteux. Mais réglons tout de suite l’équivoque avec les Boite, Boitel, Boitin ou même Boitier (!), tous issus d’un coffre à couvercle, définition originelle de la boite.

Le mot arrive de loin (en temps et en kilomètres) puisqu’il appartient au vocabulaire grec, sous la forme ‘puxis’, qui deviendra ‘buxis’ en latin…Forcément, vous avez déjà deviné le tout premier sens de cette boite, puisqu’il s’agit d’un petit objet (en fait, un coffre est grand, une boite est un petit coffre) qui servait à ranger ou à préserver des biens, objet plutôt précieux et donc réservé aux riches qui pouvaient s’acheter du bois de…buis (le ‘buxis’), qui s’est transformé en ‘buxellum’ (voire ‘buxitellum, le tout petit coffre), passé par la forme ‘boixte’ puis boite en français moderne!Bon, ça fait belle lurette que toutes les boites ne sont pas en buis (mais très souvent en chêne ou en sapin, à partir d’un certain âge).

Malheureusement, les Boistard n’ont pas cette chance car, même sous les formes Boistel, Boistet ou Boisteau, le ‘boitard’ sonne dans l’Histoire comme le surnom d’un boiteux, peut-être même d’un boiteux-honteux affublé du suffixe péjoratif traditionnel en -ard. Ne manquerait plus que l’ancêtre des Boistard se fût prénommé Claude (le mot latin dédié qui signifie ‘le boiteux’, celui qui a donné en français le verbe…claudiquer!). Tout ça ne tient pas debout si l’on ne va pas chercher la toute première racine de ce ‘boiteur’ qui n’a rien à voir avec un boitier…

Il s’agit en fait d’une probable assimilation (=confusion) avec très proche ‘pied-bot’, qui fait les délices cruels des enfants qui trouvent ce pied tout sauf beau (aucun rapport évidemment). Ce ‘bot’, que l’on appelait ‘boister’ dans le langage médical limité du 16ème siècle, désignait très précisément la cavité d’un os, et plus particulièrement une section creusée (botta en germain, d’où la forme ‘bot’, pour ne pas dire…ra-botée (*) sous l’action d’un traumatisme, blessure ou malformation.

Il reste quelques suggestions possibles sous le boisseau, soit effectivement un dérivé de ce terme (surtout sur l’arc atlantique), sachant qu’on trouve également une citation de ‘boitard’ dans certains patois pour désigner un siphon ou un gouffre dans lesquels tombe une cascade ou des eaux de pluie. A toutes fins utiles, je ne recommanderais pas à un Boistard de s’y risquer, même sur ses deux pieds.

(*) jeu de mots gratuit mais coïncidence: la véritable étymologie du rabot (l’outil du menuisier) vient d’une ressemblance avec un…lapin (robbe, en néerlandais)! Si vous regardez votre rabot de profil, vous comprendrez vite la comparaison!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>