Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Brégançon (Fort de)

…dont le site présidentiel est le sommet, mais bien d’une fort-ification érigée (et aménagée) sur un piton rocheux devenu résidence de vacances de la République. Altitude: 35% de satisfaction – pardon, de mètres en altitude – et une étymologie qui décrit parfaitement cette performance puisque la base du promontoire vient du mot gaulois ‘brigo’ qui signifie élevé. 

Le son archaïque ‘brg(h)’ circule dans plusieurs langues comme le symbole d’une hauteur, colline, montagne ou falaise selon la topographie des lieux; d’ailleurs, avant de s’appeler ‘Bregançoun’ (en provençal), réécrit en Brégançon par les ‘Français de Paris’, des colons grecs avaient construit au pied du rocher un village nommé ‘Pergansion’ c’est-à-dire…la citadelle.

C’est cette même racine grecque qui avait donné son nom à ‘la citadelle de Pergame’, l’autre nom de la cité de Troie; même raisonnement plus tard pour une autre ville fortifiée du nord de l’ltalie, une ‘pergamon’ devenue Bergame!

En attendant, l’influence des peuples gaulois puis ligures (les Italiens de la Riviera) va amener à baptiser ‘Bregotium’ un ancien camp fortifié romain qui devient un marché (donc un carrefour de populations) à l’époque des Carolingiens. Et pendant que quelques derniers soubresauts linguistiques finissent de transformer le mot en Brégançon, un autre ‘Brégantium’, de même racine mais situé plus au nord de l’Occitanie, devient lui ‘Brigantion’ puis…Briançon (en Dauphiné). 

Mais, contrairement à un jeu de mots sournois dû, il y a quelques années, à un hebdomadaire satirique, Brégançon/Brigantium n’a rien à voir avec un repaires de…brigands, évidemment. Le mot souffre -peut-être injustement- d’un glissement de sens puisqu’à l’origine (14ème siècle), un ‘brigand’ fait seulement partie d’une ‘brigue’, une compagnie de soldats à pied, d’après le mot italien ‘briga’ qui veut dire une troupe.

Etait-ce parce qu’ils étaient mal nourris, peu payés, ou tout simplement mercenaires? Ces ‘soldats de la brigue’ ont rapidement pris le sens de voleurs, qui plus est armés donc dangereux, belliqueux…Aux 18ème puis 19ème siècles, le brigand est descendu dans la rue des cités comme synonyme d’abord de révolutionnaire ou de rebelle, puis de chapardeur, pour terminer comme coquin dans le langage courant.

Certains linguistes n’hésitent pas à relier cette histoire avec la ‘brega’ hispanique, elle-même greffée sur un mot de latin ‘vulgaire’ (tardif) qui évoquait une bagarre, d’où le sens de querelleur, de celui qui cherche des ‘noises’ à autrui, volontiers rajouté sur le dos des ‘brigands’ qui n’en…briguaient pas autant.

Car il semble bien que ce dernier mot quelque peu violent soit à l’origine du verbe français briguer, c’est-à-dire demander avec insistance une faveur, faire des efforts (voire plus si opposition) pour obtenir un…mandat électif par exemple. De là à supposer qu’un locataire de Brégançon se trouve en situation d’engager des manoeuvres pour soutenir ses intérêts, il n’y a qu’un son (et un peu de mauvais esprit) qui devrait éclairer sa…Lanterne (*). Sauf étymologiquement bien sûr.

(*) L’autre résidence présidentielle ‘de week-end’, en région parisienne.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Brégançon (Fort de)

  1. brg(h) ça donne aussi le borough (burgh) britannique, le château élevé sur une hauteur où l’on se rassemble en cas de troubles. Et pour un bourgeois français, aller au château dans cette pièce commune (pour payer ses taxes la plupart du temps) c’est se rendre au bureau.

    ah Brégançon … son premier marquis était seigneur des galères …. prémonitoire, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.