Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

budget

budget

«Allez jacter à l’Est», comme disait Jules (César): le gouvernement a donc présenté son projet de budget pour l’année 2013, qualifié de ‘budget de combat’. C’est vrai qu’il va en falloir, de l’ardeur à la bataille, pour les ministres en charge de mettre en musique les restrictions…budgétaires. Et pourtant, étymologiquement, un budget c’est tout le contraire! Les plus passionnés d’entre vous savent déjà qu’il s’agit d’un mot soi-disant anglais, qui est en fait français; qui plus est, il évoque forcément non pas une bourse plate mais au contraire quelque chose de bien rempli. Bref, un budget, c’est forcément gonflé.C’est un processus dont l’histoire est tout à fait symbolique de l’aventure de certains mots, dans l’espace et dans le temps. Vu de loin, un ‘budget’, çà a l’air inoffensif comme mot, mais, si l’on y réfléchit bien, de quel autre mot pourrait-on le rapprocher pour commencer à lui donner un sens? Pas à grand’chose sans doute, du moins sous son aspect actuel qui sonne très anglo-saxon. Et c’est vrai: depuis la fin du 18è siècle, le ‘beudgette’ désigne bien, en Angleterre, non pas un document avec balance comptable, mais une bourse, et plus précisément celle (symbolique) du trésorier public. On admet aisément le rapport que fait l’argent entre un sac de pièces et un papier administratif: avant d’être un alignement de colonnes, le ‘budget’ définissait la quantité d’argent que l’on avait dans sa bourse, donc le budget dont on disposait. Logique.

Contrairement aux bourses, dont a déjà vu ici qu’elles étaient accrochées…à la ceinture, le budget-sac se présentait d’ailleurs plutôt sous la forme d’une large poche de tissu épais, dont il fallait tirer les cordons après ouverture; c’était donc déjà une grosse bourse. Or, ce ‘budget’ anglais nous a été piqué -comme beaucoup d’autres mots- par nos amis d’Outre-Manche dans le vocabulaire français médiéval, où il s’appelait alors ‘la bougette’. Une bougette, çà se comprend très normalement comme un diminutif (le suffixe -ette), il s’agit donc une petite-bouge.

Remontons donc encore un peu plus loin, et de la façon la plus évidente qui soit, puisque cette petite-bouge vient très logiquement du verbe bouger…Vous allez me dire, quel rapport avec un sac de pièces, dans une version qui ne peut même pas se balancer à la taille comme une bourse? C’est là qu’intervient le tout-premier sens de ce verbe bouger, forme contractée de son mot-jumeau qui est bouillonner! En effet, pour les romains, bouillir, bouillonner, ou avoir la…bougeotte, c’est la même idée, quelque chose qui se déplace en permanence, rapidement, de haut en bas ou de droite à gauche, et surtout, en faisant des bulles.

Car, avant même la fin du Moyen-Age, un (ou une) bouge, indifféremment masculin ou féminin comme c’était le cas à l’époque, cela définit quelque chose qui peut…bouger, et qui est donc forcément rond, arrondi, ou courbe (1), exactement comme (entre autres) une bulle qui bouge, c’est à dire qui bouillonne en sautillant. Si l’on va encore un peu plus loin, l’idée (et strictement celle-là) de courbe donnera le sens figuré d’un abri sous une voûte, logement forcément misérable et malodorant qu’on appellera, à l’époque de Voltaire, un bouge, cette fois définitivement masculin (et pour cause). Par la suite, on y mettra toutes sortes de choses et de personnes, mais là n’est pas la question.

Résumons-nous: c’est l’histoire d’une bulle dont la forme de renflement se transmet à un sac de pièces gonflé puis à un document écrit qui permet de gérer sa trésorerie. Autrement dit, une bouge française devenant bougette, qui se transforme en ‘beudgette’ anglais pour redevenir un ‘budegé’ français! Enfin, j’espère que cette explication en vous a pas trop gonflé!

(1) Les Anglais se sont ‘fabriqués’ sur la même racine l’adjectif (ou le verbe) ‘bulge’, qui évoque toujours un renflement, une protubérance, un espace plein à craquer (honni soit qui mal y pense, mais dans le langage courant, c’est souvent à çà qu’on pense quand même!).


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

2 commentaires au sujet de budget

  1. nous suivons avec intéret vos chroniques depuis la région de Strasbourg. merci pour tous les details amusants que vous nous apprenez, Jeff et Joelle

  2. je suis niçois et je lis avec plaisir les textes mais aussi les commentaires de vos lecteurs; chaque sujet est un petit bijou en soi. je suis un ancien ambassadeur de lacutlure française à l’étranger et je vous assur que vos écrits auraient passionné mes correspondants dans le monde
    bien à vous, Gustave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>