Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Bugier (Julian)

car, derrière le sourire du futur présentateur titulaire du ‘13h’, se cachent beaucoup de…bug(s) qui n’ont rien à voir avec un dysfonctionnement informatique, pas plus que quelques hypothèses hâtives à la limite du jeu de mots sur la sonorité ‘(juli-)an Bugier’ pour en faire un…’ham-burgier’, comme quoi la phonétique s’appuie bien sur le squelette de consonnes pour créer un mot.

Même si ce patronyme (sans le ‘i’) existe bel et bien et signifie, comme pour le sandwich, celui qui vient de Hambourg, un certain Hamburger a dû adapter ce son un peu trop collant en nom de scène Berger (1) comme Michel. Et la majorité des gens prenaient soin d’appeler son père le professeur de médecine Jean ‘Hamburgé’ (2)…

Autre théorie un peu lointaine, surtout géographiquement: la déformation ou la transformation par erreur d’écriture (3) d’un Buggieri italien qui serait en fait un Ruggieri (ou Ruggiero), version transalpine de notre Roger national. Très improbable, surtout qu’il existe dans le Centre-France, le long de la vallée de la Loire (région familiale de Julian), un nombre suffisant d’autres pistes. 

A commencer par un Boujier (puisque c’est la prononciation qui compte et non pas strictement l’orthographe) issu d’un ‘boujot’, c’est-à-dire d’un…bouge, un terrain aride et donc peu productif, la calamité de nos ancêtres paysans. A condition d’accepter l’apparition (suspecte) du ‘o’, le bougier puis bugier serait-il le propriétaire de cette terre?

On reste au ras du sol avec un bujon ou bugeon répandus un peu plus au sud (le Poitou), avec un terme très (peut-être trop) local qui désigne un bosquet. Mais là encore, on se perd dans le feuillage des raisons qui auraient poussé à créer un patronyme (ou un métier?) de ce type. Bon, la présence de ce mot est peut-être un peu tirée par la racine pour être ‘montée’ jusqu’en zone de langue d’oïl, mais il faut considérer que la limite des langues…d’oc arrivaient autrefois jusqu’en Limousin, aux portes du Berry et du Bourbonnais.

On s’approche probablement davantage de la solution avec un bugier de profession dont le nom est formé, justement, sur le terme occitan ‘buga’ qui évoque un lessivier, une cuve d’eau bouillonnante (et savonneuse) utilisée pour laver les tissus. Un bugier pourrait être alors aussi bien l’ustensile lui-même que le lieu où il se trouvait (comme un lavoir, par exemple) ou encore le blanchisseur  (hum…disons, certainement celui qui faisait travailler des blanchisseuses), même si ces Bugier et Bugeat sont plutôt corréziens, encore un peu trop au sud.

Et si nos bugiers étaient tout simplement des bougiers, des gens en rapport avec la cire de Bougie (4), non pas comme producteurs mais comme…tisserands ou couturiers, l’action de bougier (le verbe) ayant été pendant des siècles le fait de ’stopper’ les fils d’une étoffe qui s’effiloche à l’aide de gouttes de cire? Quoi qu’il en soit, ce serait au moins l’homme idéal pour éclairer chaque jour la lanterne des téléspectateurs…

  1. Bel exemple ‘d’aphérèse’, l’abréviation d’un mot par suppression de la syllabe initiale.
  2. Lui-même descendant d’une famille juive…allemande
  3. Dernière solution quand on a tout épuisé…
  4. Voir l’article sur…Candeloro (l’homme des chandelles).

N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.