Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Buzyn (Agnès)

Buzyn

Dans la liste des personnalités du ‘nouveau’ gouvernement Macron, on a déjà dit ici que certain-e-s ministres avaient du mal à se faire connaitre ou reconnaitre. Tel n’est évidemment pas le but de leur mission, donc on va profiter des dernières déclarations de notre Chargée des Solidarités et de la Santé pour un petit coup de projecteur, ou plutôt devrais-je dire de scialytique (1)…

Il est fort probable que ce patronyme fasse partie des noms qui ont subi une ‘déformation’, phénomène dont on parle souvent ici et qui s’explique en général par des règles de linguistique ou par des transformations dues à la prononciation particulière dans un pays ou un autre…Or, si ces changements peuvent provenir d’erreurs plus ou moins aléatoires, il arrive aussi que, parmi tous ces mots, certains aient subi des modifications parfaitement volontaires.

Pour ne citer, dans l’Histoire récente, que de nombreuses situations où des familles (d’origine juive, par exemple) ont été obligées par les événements de ‘maquiller’ la consonance ou l’orthographe de leur nom, comme pour des Kleemens néerlandais devenus de ‘bons’ Clément français, et tant d’autres. Beaucoup de Buzyn, très présents aux USA depuis l’Entre-Deux-Guerres, viennent eux d’un précédent Buzynski ou Budzynski voire Burzynski dont le suffixe identifie sans peine une provenance polonaise (2) et qui a pu être ‘oublié’ sur certains documents officiels.

L’ancêtre de la famille, forcément un homme, désigné par la terminaison ‘-ski’ (une généalogie féminine aurait été mentionnée par ‘-ska’), semble porter un nom de provenance, formé sur celui d’un village ou d’un lieu-dit Budzyn ou Burzyn. Le ‘budzynski’, avant de perdre son identification de naissance, a subi au fil des siècles (et surtout sur intervention des langues étrangères, peu ouvertes à la complexité des parlers slaves) un phénomène d’amuïssement, un affaiblissement de la consonne ‘d’ (moins facilement pour le ‘r’), d’où ce résultat final possible en Buzyn.

En cherchant bien, dans les dictionnaires autant que dans la forêt polonaise, je vous ai trouvé une histoire de ‘bud(z)’ qui désigne très précisément des cabanes ou des huttes, qui ne me sembleraient pas déplacées dans le contexte onomastique traditionnel pour repérer puis surnommer les habitants d’un hameau en bord de rivière qui deviendra un jour -par jumelage- la cousine de la Lyon française. Sauf étymologiquement bien sûr.

(1) c’est le nom technique du miroir-‘boule à facettes’ que le chirurgien amène au-dessus de vous pour bien éclairer le champ opératoire en «éliminant de moindre coin d’ombre», traduction littérale des deux mots grecs qui le composent (skia-, l’ombre + -lueïn/lytique, effacer, dissoudre)

(2) La famille d’Agnès est originaire de Lodz, 3ème ville du pays; et a largement subi les exactions nazies.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>