Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Cagnotte

cagnotte

Mieux que le chapeau pour faire la quête ou l’enveloppe pour les étrennes, la collecte numérique se fait désormais en ligne sous forme de cagnotte, terme à tout le moins enfantin et donc assez surprenant pour l’appliquer à une technique moderne. Le mot est néanmoins sympathique car il a des sonorités enfantines évoquant le contenu de tirelires ou des dons personnels destinés à un anniversaire de quartier; même les cadeaux de mariage se font désormais sur liste (et en ligne). Une cagnotte, c’est pas sérieux, et pourtant…

D’un point de vue linguistique, il s’agit effectivement d’un diminutif, marqué par cette terminaison en ‘-otte’. Tout comme la menotte est une petite main, la biscotte un petit biscuit (cuit deux fois: bis-cuit!), la roulotte une petite maison qui roule (alors que la roulette, c’est une petite roue), la culotte un petit (tissu de) cul, la cagnotte est donc une petite ‘cagne’. Et là, si vous parlez gascon, ou tout simplement un peu de patois paysan, vous avez déjà deviné ce dont on il est question.

C’est peut-être le nom que vous donnez à votre compagnon de chasse, celui qu’on appelle ‘lou cagnot’ dans beaucoup de régions du sud, autrement dit le chien. Le cagne est en effet la persistance de la forme médiévale française d’un ‘canis’ latin, qui donnera bien sûr tout ce qui est canin, canidés et autre…canine, c’est-à-dire la dent caractéristique du chien (on a échappé à la corne de rhinocéros, moins pratique dans la bouche humaine…)

Voilà donc une racine apparemment très affectueuse, sauf que, via l’italien ‘cagna’, elle va donner un jour l’adjectif français cagneux, à savoir tordu comme les pattes -antérieures- d’un chien, en supposant que le type qui a trouvé ça un jour était fan de bassets artésiens…Plus fort encore: quand en plein été on vous parle du cagnard, vous pensez tout de suite à un soleil écrasant, celui qui témoigne de la présence dans le ciel de la constellation du Petit-Chien, celui qui provoque justement la canicule (1).

En tous cas, soleil ou pas, savez-vous qu’au 16ème siècle un cagnard désignait également une personne paresseuse, non pas celui qui fait la sieste au soleil mais celle qui se prélasse comme…une chienne, expression typiquement féminine à l’époque, alors qu’aujourd’hui on sait très bien que les chiennes sont très actives, surtout quand elles sont de garde.

Puisqu’on parle de chienne, impossible de ne pas mentionner au passage l’une des rares communes françaises nommées Cagnotte, comme la cité béarnaise du Pays d’Orthe dans laquelle une communauté de moines bénédictins, puis cisterciens aurait (r)amené de Compostelle (ou pour les pèlerins de passage) une statue de Notre-Dame-de-Corheta, notée plus tard ND-de-Caignota puis ND-de-Cagnotte, laquelle était représentée avec une petite chienne -symbole de fidélité- à ses pieds, d’où le surnom de la ville (2).

Et le trésor de notre cagnotte alors, quel rapport avec un(e) chien(ne)? Aucun! C’est en fait une histoire qui commence dans les vignes: dans les années 1830 (le mot est donc ‘récent’) on vendangeait avec des cagnottes, c’est-à-dire une petite cuvette pour stocker les résidus indésirables des raisins. On dit qu’un jour des vendangeurs s’en sont emparé pour jouer aux cartes, car ils avaient déposé leur mise dans le fond de cette cagnotte, d’où le sens actuel d’argent que l’on met de côté pour le remettre à un bénéficiaire.

Moralité: les généreux donateurs ne sont pas de chiens; mais ce qu’il y a de plus paradoxal avec ces cagnottes, c’est qu’en ouvrant un compte pour collecter des fonds pour un boxeur puis pour des policiers, elles auront finalement…fait monter les enchères. Mais ça, c’est une autre histoire, y compris étymologiquement!

(1) Pour être très complet, il se peut aussi que ce cagnard soit tout simplement une déformation de ‘cognard’, soit celui qui cogne (fort). Pour ‘canicule’, voir l’article précédemment dédié à ce mot.

(2) J’avoue être un peu perplexe sur la légitimité -linguistique- de la légende: le nom de Corheta étant antérieur à Cagnota (et pas très logique, techniquement), il est peut-être davantage lié à un qualificatif gascon issu de ‘corona’, ce qui ferait de la Vierge en question une Dame « à la petite couronne » (correta/corheta) . Si vous en savez davantage, n’hésitez pas…

Ps: Au fait, en parlant de cagnotte, vous pouvez lire le petit message ci-dessous et surtout agir pour la continuation du site (vous n’êtes même pas obligé de monter au-delà de 100.000 euro!)


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>