Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Calédonie (Nouvelle)

Calédonie (Nlle)

Voyage présidentiel inaugural (pour la première fois) en Nouvelle-Calédonie…française donc située de l’autre coté du globe, tout comme l’américaine Nouvelle-Angleterre se trouve sur la côte Est des Etats-unis, ou l’ex-néerlandaise Nouvelle-Zélande (1) au (grand) large de l’Australie. Alors, forcément, ce territoire -pardon, collectivité territoriale- d’Océanie doit bien puiser son nom dans quelque région métropolitaine? Pas du tout, il est question ici de…l’Ecosse!

En effet, c’est encore un coup de Cook, l’insatiable touriste des mers qui ira jusqu’à Hawaï pour creuser sa tombe, dont le papa, un certain…James Cook était un valet de ferme écossais (et en Ecosse). Ah bon, alors il l’a appelée Nouvelle-Ecosse? Mais non, ça c’est la province maritime située dans le Nord-Atlantique juste à l’entrée du Canada, et découverte -auparavant- par un…français pour le compte de l’Angleterre (vous suivez?). Il a donc fallu se reporter sur l’ancien nom de la terre paternelle, autrement dit la Calédonie, du temps des Latins.

Vous savez sûrement qu’un, puis deux, puis trois empereurs romains se sont cassés les dents sur de sauvages peuples du nord de la Britannie (actuelle Angleterre, au sens de nation) et avaient fait établir un mur-frontière marquant la fin de la zone ‘civilisée’ avant de tomber dans le pays de ces Pictes (2) qui bouffaient l’herbe des Highlands en résistant durement aux légions portant un balai-brosse sur le casque…

D’où le surnom de ‘Calédones’, ethnonyme (nom de peuple) formé de la racine ‘caled-‘ (ou kaled) + le suffixe ‘-one’; la première n’a rien d’arabe, au contraire puisqu’on retrouve la même sonorité dans plusieurs langues celtes (breton mais aussi cornouan ou gallois) pour qualifier quelque chose ou quelqu’un de dur. Dur comme une pierre, pour un objet; ou à la tête dure, c’est-à-dire obstiné, pour une personne; pour ne pas dire dur à battre, dans l’esprit des Romains.

Or, comme tous les Saxons avant d’être anglo-, il est fort probable que les toutes-premières tribus écossaises soient émigrées d’Europe du Nord, d’où un certain mélange génétique de ‘Germains de souche’ avec de possibles Vikings débarqués à l’embouchure de la Tamise puis attirés par les lacs sombres du nord peuplés de serpents monstrueux jouant à cache-cache. Et c’est donc à cause de ces têtes de mule futurs buveurs de whisky qu’une Grande Terre flottant dans le Pacifique va devenir un ‘nouveau pays des Calédones’ où la cornemuse n’aura pas franchement (et heureusement) de succès, au contraire.

Même s’il reste de la présence écossaise quelques cercles de musiciens accrochés à leur outre musicale, c’est surtout l’influence française qui va, jusqu’au milieu du 20è siècle, envahir la culture locale, au point de mettre en évidence deux autres mots très spécifiques: les ‘kanaks’ et les ‘caldoches’…Pour les premiers, pas de mystère, ils sont là depuis toujours puisque c’est le terme qui désigne les populations de Mélanésie (et parfois appliqué à tort par les colonisateurs à tout peuple autochtone qu’ils croisaient); le mot originel -francisé en canaque par l’Administration- signifie ‘homme debout’, au sens de homme libre, tout comme l’adjectif ‘roumain’ (!) en Europe ou ‘burkina’ en Afrique, parmi d’autres exemples partout dans le monde.

L’autre nom est à la fois plus agressif et copieusement péjoratif puisqu’il va concerner essentiellement la population blanche immigrée (puis, par la suite, les métis longtemps considérés comme bâtards) il s’agit de ce ‘caldoche’ qui reprend la racine initiale (caled, contracté en cald-) suivie cette fois par le suffixe ‘-oche’ hérité des années noires européennes où le succès des ‘(alle)boches’ qualifiant les allemands a laissé des traces phonétiques dans les oreilles française désormais choquées par tout ce qui rime avec…moche!

Certains extrémistes iront même jusqu’à se jeter à la tête de la ‘Kanakie’ ou de la ‘Caldochie’ pour revendiquer la propriété d’un Caillou finalement enregistré sous le nom latin d’un pays qui doit lui-même le sien (Ecosse) à des envahisseurs venus…d’Irlande, les Scotti, sans savoir qu’ils donneront naissance un jour aussi bien à un alcool (le Scotch) qu’à un ruban collant à double face (je ne vous fais pas de dessin) ainsi surnommé par les américains à cause du prétendu caractère radin de ses auteurs. Scotchant, non?

(1) A l’origine, grâce au navigateur hollandais Albel Tasman (d’où les îles de…), auteur du nom de baptême de ce ‘pays d’un nouvel Etat’ soit Neu-staten-land’, raboté à la sauce anglaise en New-Zealand par son successeur James Cook.

(2) Voir le dernier ‘Astérix’


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>