Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Cameron (David)

Cameron

Cet été 2011 étant décidément propice aux noms anglo-saxons dans l’actualité (le premier qui dit que j’en profite pour échapper aux patronymes des coureurs des équipes suédoises du Tour de France…), j’ai donc eu l’envie de mettre un coup de projecteur aujourd’hui sur le déjà très exposé William, Donald, David Cameron, ci-devant Premier Ministre britannique, empêtré dans une histoire collante de papier(s)-journal(-aux) tabloïdes (en français dans le texte).

Notre brillant ex-élève d’Eton et d’Oxford (pas les premières écoles de quartier venues) porte un nom…écossais, et même mieux (ou plus, si vous remontez dans le temps) car on peut dire gaëlique, répertoire linguistique faisant partie du celte, et regroupant les parlers irlandais, écossais, et mannois (le dialecte de l’île de Man)(1). L’homme est même un descendant (par l’escalier de service) du…roi d’Angleterre Guillaume IV (1765-1837), le tonton de la future reine Victoria qui prendra le trône par défaut d’héritier(s) de Guillaume, la dizaine d’enfants (dont l’ancêtre de Mr Cameron) qu’il aura d’une jeune actrice étant illégitime et donc hors de prétention au trône.

Tout çà pour dire que « cameron » peut être à la fois un toponyme (un nom de lieu), qui signifie « la colline arrondie » en gaëlique, et, de fait, on peinerait à trouver en Ecosse un relief déchiqueté dans les brumes des lochs. Le terme peut également faire allusion à un…animal crochu (pointu, cette fois), qui est probablement un corbeau; le sobriquet de « nez-crochu » servant (comme pour beaucoup de patronymes en France) à caractériser le profil de l’ancêtre en question. Allez savoir.

Visiblement, ce n’est pas non plus le cas de son célèbre homonyme James, cinéaste américain auteur de quelques petits succès de courts-métrages tels que « Terminator », « Alien », « Titanic » et autres « Avatar »…

Ne pas confondre non plus avec CameronE, ville…mexicaine qui vit la défaite sanglante de l’expédition française, au mois d’avril 1863; une compagnie de la Légion Etrangère se battit jusqu’au dernier carré (6 soldats) contre les troupes nationales, donnant ainsi à leur unité son jour de gloire et de commémoration. (Si vous n’êtes pas allergique aux couleurs vert et rouge et que vous passez du côté de Marseille, marchez sur Aubagne, vous y trouverez le musée national de la Légion et l’histoire reconstituée de Camerone).

Enfin, ne faites pas non plus de lien (même lointain, après tout çà pourrait être une prononciation déformée…) entre Cameron et Cambronne, général napoléonien auquel la postérité lie un mot de cinq lettres d’origine bien française (et pas forcément mérité): Le brave Charles portait un nom qui a un rapport avec « chambronne » (version langue d’oïl, moitié nord de la France), lequel désigne une chambr-onne, une petite chambre.

Il n’empêche, c’est Cameron qui risque d’avoir des démêlés avec sa Chambre (des Communes). Espérons qu’il ne lâchera pas le mot de Cambronne!

(1) Comme toujours, c’est pour simplifier. En fonction des époques et des zones, il y a quelques variantes. Merci donc aux distingués linguistes qui m’honorent de leur lecture de ne pas tout de suite expédier vos menaces de mort par la poste (::).


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Cameron (David)

  1. Je suis surpris que vous n’ayez pas cité l’actrice Cameron Diaz !!!
    Si c’est un prénom d’origine Cubaine (de par son père) peut-être retrouvons nous l’idée de chambre.

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>