Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Cantecor (Pétronille)

Cantecor

Je suis persuadé que nous ne connaissez (sans doute) pas la star du jour, car c’est un fidèle auditeur tarn-et-garonnais passionné d’étymologie qui vient de me souffler l’idée de rendre hommage à cette célèbre créatrice de Septfonds (82240), charmante commune de 2090 habitants qui compte également parmi ses enfants le parolier Etienne Roda-Gil (chansons de Julien Clerc), ou l’aviateur Dieudonné Costes, co-équipier de Maurice Bellonte avec lequel il fera la première traversée transatlantique est-ouest en 1930. Mais aujourd’hui, c’est à l’indutrieuse Pétronille que nous donnons un coup de chapeau, et pour cause.

C’est l’histoire d’une brave femme qui, dans les années 1790, fait comme beaucoup de filles de la campagne: elle garde ses moutons. Or, le clergé local n’ayant pas encore besoin d’opération de marketing d’envergure qui résonnera mieux dans une grotte des Pyrénées, elle n’entendra pas de voix, si ce n’est celle de l’ennui, assise au milieu des prés arides, à côté d’autres bergères occupées à broder et à coudre. Elle, elle préfère ramasser la paille de jonc dans les endroits secs, et réussit à élaborer une tresse qui lui permettra de créer les premiers chapeaux de paille, lesquels, quoi qu’en dise Eugène Labiche, ne viennent donc pas d’Italie. Bon, ne vous emballez pas, ce n’est pas encore le style Geneviève de Fontenay, mais ce qu’on appelle le chapeau de campagne, large bord et ruban noir, essentiellement porté par les femmes à l’époque, dont la mise en forme et la structure inspireront quand même certains canotiers…

Mine de rien, par son travail et celui de ses enfants puis petits-enfants, l’entreprise familiale propulsera la commune de Septfonds au rang de ‘berceau -en osier, on suppose- du chapeau’, allant jusqu’à produire 5000 unités par jour à l’orée du 20è siècle, une paille! Notre brave Pétronille s’appelle donc Cantecor, un nom en or pour souffler dans les trompettes de la renommée, puisqu’il se compose de deux mots, l’un et l’autre en toute logique occitans: cante + cor. Dans le premier, vous avez reconnu tout ce qui se rapporte au chant, au verbe chanter (ou canter, comme dans cantate, cantatrice, etc); le second mot quant à lui est évident (pour une fois): il s’agit bien du cor (de chasse), le ‘cantecor’ étant en ancien-français le surnom de «celui qui fait chanter le cor», à savoir le chasseur (à courre, si vous voulez, mais à l’origine, pas seulement).

Contrairement aux autres composés de ‘cante’, le verbe est ici transitif, et il ne s’agit pas d’un animal, cante-cor pouvant en l’occurrence être l’abréviation d’un cor(-beau) qui chante. En effet, on trouve le plus souvent des Canteloup (comme Nicolas), Canteloub, Cantelouve, etc..pour désigner un endroit où venaient hurler les loups (en fait, les louves); ou bien des Cantecoucou, qui ont donné la terrible déformation Cantecocut, dont vous comprenez bien qu’ils qualifient les…coucous qui chantent; sans parler des Cantelaude, pour canta-l’alaude, ancien nom de l’alouette; et enfin des Cantegril, abréviation des cante-gril-lons, insectes synonymes de bonheur dans les foyers pendant des siècles.

Pour terminer, on ne peut pas éviter de dire un petit mot sur l’étymologie d’un prénom aussi curieux que désuet, et que beaucoup mettent au même rang que Bécassine, alors que la malheureuse Pétronille n’est qu’une forme de diminutif féminin de…Pétr-, c’est à dire la racine de tout ce qui tourne autour du prénom Pierre (Pierrette, Perrine, Péroline, Pernelle, et Pétronille). D’ailleurs, Sainte Pétronille était la fille-même de…l’apôtre Pierre (1er siècle après le patron), et l’histoire (je n’ose pas écrire l’Histoire) raconte que son père la tenait sous l’emprise de fièvres récurrentes, ne consentant à l’en délivrer que pour le service de ses invités (sadique, le père de l’Eglise), la jeune femme, enfin promise au mariage, décédant trois jours avant les noces et étant remplacée par sa soeur, qui s’appelait Ste…Félicule.

Finalement, je me demande si je ne préfère pas Pétronille.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>