Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Carcassonne

Carcassonne

Un récent reportage (1), diffusé au public et donc tout à fait professionnel, vient de se payer une belle tranche de (fausse) étymologie, en racontant la légende (heureusement) de Dame Carcas, figure historique à laquelle la ville de Carcassonne devrait son nom. Nulle critique envers cette belle idée, sauf qu’évidemment l’origine réelle du mot n’a rien à voir avec le conte; néanmoins, le procédé illustre assez bien les fréquents ‘fantasmes’ en la matière!

Si donc vous avez raté ce brillant ‘sujet’, sachez qu’il se dit que, pour défendre sa cité du blocus entrepris par les troupes de Charlemagne, cette fière…sarrazine fit jeter un porc bien nourri du haut des remparts, persuadant ainsi les assaillants des réserves de nourritures disponibles et les incitant à lever le camp. Du coup, Dame Carcas (ça tombe bien, mais ça ne veut rien dire en arabe!) aurait pris un cor pour…sonner la victoire, et donc, forcément, Carcas…sonne (2).

Comme osait le dire un citoyen interviewé, la dame est bien dans l’air du temps puisqu’elle fut la première à littéralement pratiquer le « balance ton porc » (on suppose avec des gants, pour une sarrazine); voilà un autre exemple de la façon dont on peut s’accommoder des (jeux de) mots pour créer des rumeurs (fake news, en français) au sujet des noms, de lieux ou de famille…

Bon…Plus sérieusement, Carcassonne a connu des appellations aux orthographes diverses, depuis les premières mentions en latin (‘Carcasso’, époque Jules César) en passant par le berbère pendant le Califat arabe (‘Qarqshona’, 8 siècles plus tard). La question est donc de savoir si ce sont les ‘occupants’ venus du Maghreb qui ont importé l’une de leurs racines, ou si un son antérieur circulait déjà dans la région, ce qui, par défaut, semble être le cas.

‘Kar-kasso’, en phonétique, pourrait se rattacher au phonème (au son) fréquemment utilisé auparavant dans les dialectes dits pré-indo-européens (bien avant le latin, le gaulois, ou a-fortiori le français) pour désigner une pierre. Pas un caillou mais une grosse pierre, soit, souvent, une montagne. Parmi de nombreux autres termes, et avec une influence plus gutturale, ce sera l’origine du nom du fleuve qui coule depuis la montagne, la ‘kar-onne’, devenue Garonne bien sûr.

On est moins sûr de la seconde partie du mot (-kasso), certains en faisant un simple ‘locatif’ (la marque d’un nom de lieu), d’autres y voyant un lien avec le ‘cassou’ ou casse occitan, c’est-à-dire l’un des mots désignant le chêne. Dans ce dernier cas, ne resterait plus qu’à faire un lien -logique, si possible- entre le type de sol (ou de murs) de la ville et sa végétation…

En tout état de cause, Carcasso, tout comme Arcasso (future Arcachon), témoignent d’une forme intégrée et successivement transmise par le celte puis le gaulois, pour arriver à la version actuelle. Au mieux, en tout cas au plus près, le sens de Carcassonne pourrait renvoyer à un site pierreux (on ne prend pas trop de risques, vue la topographie de l’Aude) voire une cité ‘aux murs de pierre’ (je ne vous fais pas de dessin) peut-être caractérisés par la présence ou la proximité d’une (de?) forêt(s) de chênes, réels ou symboliques.

Mais, pour en finir avec les fausses bonnes idées de racines, je peux vous assurer que Carcassonne ne doit rien à la…carcasse, fût celle de la Dame Carcas qui a su sauver la sienne en devant son salut au porc. Le nom commun vient d’un objet latin, exactement emprunté au grec et représentant une structure en bois sur bateau, et/ou un mécanisme pour lever des charges (une sorte de potence), et encore un vase ouvragé monté sur pied…

Soit, à chaque fois semble-t-il, un terme de vocabulaire relativement rare mais très précis, et qui demande un assemblage de (petites) pièces, d’où une dérive possible vers l’idée d’articulation(s) osseuse(s) donc l’image de squelette, d’ailleurs d’abord réservé aux os d’animaux chez les Romains…Un os sur lequel la légende de Dame Carcas n’aura pas manqué de tomber, surtout étymologiquement!

(1) Dans ‘le 13h’ de France 2, samedi 28 septembre 2019

(2) …et Rennes est dans l’étable du Père Noël, Lyon était habité par des félins sauvages, Paris est la ville du turf, Bayonne celle des gens qui bâillent, etc…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Carcassonne

  1. L’imagination créatrice des poètes se déploie sans bornes et n’astreint pas ses productions à la fidélité de l’histoire.
    Ovide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>