Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Cornebarrieu (31)

Capture d’écran 2012-03-31 à 15.14.01

La puissance des media est toujours supérieure à celle d’un budget de promotion touristique; certaines communes, inconnues du grand-public quelques heures avant un événement, se retrouvent à la Une du jour au lendemain. Plusieurs internautes m’ont interpelé sur le si joli nom de la commune toulousaine de Cornebarrieu, autrefois davantage connue pour être un centre de rétention administrative qu’un site d’obsèques contestées par certains. De fait, les Cornebarriens et Cornebarriennes ont quelque raison d’hésiter sur le destin -étymologique- du nom de leur commune, et ce, depuis sa création même.

Ce dont on est sûr, c’est que le mot ne doit rien au ‘barriù’ (le tonneau) occitan, lequel a donné, souvent par comparaison ironique, quelques sobriquets à des bonshommes ronds comme une barrique. Rien non plus du côté des airs (à part la proximité de l’aéroport de Blagnac), car beaucoup pensent à un rapport avec le ‘corp’, mot de vieux-français pour le corbeau, terme effectivement très prisé pour désigner des gens habillés en noir ou de mauvais augure; mais encore faudrait-il faire un lien logique avec ‘barrieu’, voire ‘arrieu’; comme ‘rieu’ ou ‘riou’ en Gascogne et Pyrénées, le terme qualifie un ruisseau. ‘Le ruisseau aux corbeaux’? Vraiment improbable.

C’est la dénomination latine du village qui nous permet d’approcher plus probablement une explication, laquelle est encore ‘Cornelianum’ au début du 12è siècle. Le nom évolue en ‘Cornebarium’, puis ‘Cornebarrilium’, pour se stabiliser en Cornebarrieu au milieu du 14è siècle. Le problème, c’est que l’enquête reprend de plus belle, et que les ‘corne’ en question ne sont pas très clair(e)s! On a donc plusieurs théories sur le sens du lieu, variables en fonction de l’époque et de la culture des analystes.

La première hypothèse est très géographique: elle comprend le corne-barrieu comme une…corne (un coin) qui désignerait le nord du village, plaine basse où poussaient les cultures en abondance (jeu de mots sur l’idée de corne?!), et située « au-bas-(du)-rieu’, c’est à dire près du ruisseau. Logique; et pratique pour l’arrosage, évidemment.

Une seconde version s’appuie sur un raisonnement proche: le ruisseau en question, l’Aussonnelle, coule en contrebas du village en formant une courbe (une corne, toujours), un peu comme un ‘cingle’ en Dordogne. Ce faisant, le méandre ‘casse’ le cours d’eau; on en a donc déduit que la courbe ‘barre’ le rieu, d’où la formation du nom final. Explication un peu trop ‘moderne’ peut-être, mais la vérité est probablement entre ces deux propositions.

La plus romanesque, et la plus significative de la volonté des habitants de souvent chercher une belle histoire pour leur pays, concerne un jeune chevalier du village. Appelé pour partir en croisade (on est donc toujours dans la même époque), il quitte sa bien-aimée en lui faisant promettre que, pendant son absence, son ‘coeur ne varie pas’. Et comme chez ces gens-là, on parle latin, cela donne: ‘Cor ne varietur’ (traduction fidèle, elle aussi). ‘Cornevarietur’ se serait contracté en Cornebarrieu, ce qui, d’un point de vue linguistique n’est pas idiot; mais l’anecdote est évidemment trop belle pour être vraie sans doute, d’autant que, techniquement, la phrase d’origine aurait très pu être ‘Corp-us ne varietur’, qu’on peut traduire littéralement par ‘que ton corps de cherche pas ailleurs’. Bon d’accord, c’est moins romantique, mais peut-être plus proche des ceintures de chasteté de l’époque! Quoi qu’il en soit, on ne va pas se jeter au ruisseau pour çà…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

3 commentaires au sujet de Cornebarrieu (31)

  1. Bonjour,
    Vous traduisez barriù du deuxième paragraphe par tonneau, mais ne faut-il pas le prendre au sens de quartier comme el barrio espagnol ?
    Peut-être est-ce la même origine ?
    Merci.

  2. Vous avez sans doute raison…Je ne peux pas vous le confirmer expressément, mais beaucoup d’hispanisants ‘entendent’ barrio comme barillo (version latino-américaine). Or, dans les pays du Sud-Amérique, le mot signifie bien ‘quartier’ comme en Europe, mais avec la connotation initiale de ‘barril’-bidon, ce qui aurait désigné à l’origine les quartiers éloignés d’un centre-ville, autrement dit les..’bidonvilles’. Si un lecteur plus documenté a d’autres précisions, les colonnes sont ouvertes….

  3. mon papa disait que le non des barrieu voulait dire barrer la riviere mon arriere grand pere etait meunier a fleurance donc le nom atoujours un rapport avec un metier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>