Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Déficit budgétaire

déficit

Si, il y a une croissance possible: celle du ‘déficit budgétaire’ national, annoncé en catimini -et sans grande surprise- au milieu de quelques autres catastrophes humanitaires, pour ne pas dire humaines. Ce déficit va-t-il nous (faire) manquer? Sans aucun doute, puisque c’est son étymologie, mais il risque également d’alléger nos bourses. Voyons cela de plus près…

Déficit vient d’un mot latin qui est ‘facere’, en v.f le verbe ‘faire’ tout simplement. Le ‘dé-’ initial est une façon de marquer le contraire de la racine: dé-faire, c’est ne pas faire; dé-mettre, c’est changer de situation; dé-placer, c’est mettre quelque chose ailleurs, dé-tourner, c’est faire prendre un virage (à un avion, par exemple), etc…Or, ce ‘fa-cere’ (l’infinitif) va subir, dans son évolution, ce que l’on appelle une ‘alternance vocalique’, c’est-à-dire que la voyelle principale (ici, le ‘a’) va varier selon la composition du mot.

On aboutit ainsi à déf-i-cit, mais aussi à déf-e-ction (ce qui manque dans le déficit), ou réfection (ce que l’on apporte pour refaire correctement ou complètement quelque chose d’entamé ou d’abimé), sans oublier infection (la tache, la souillure -premier sens- ou le virus qui ‘fait dans’ l’organisme des ravages). Plus agréable est l’opération qui consiste à ‘placer ensemble des éléments’, la con-fection, que ce soit pour réaliser un gâteau ou un costume sur mesures.

Bref, le déficit,  »ça ne va pas le faire », expression populaire finalement très savante puisqu’on ne peut plus exacte, étymologiquement. Et le témoin le plus ‘évident’, pas forcément facile à comprendre, contrairement au sens actuel, mais facile à voir sur une balance des comptes, c’est ce qui manque dans la colonne ‘recettes’, manque dramatique qui explique pourquoi l’économie ne peut pas décoller: en effet, ce verbe manquer vient d’une autre racine latine qui signifie être insuffisant (les réserves), être défectueux ou incomplet (le chainon manquant, un garçon…manqué, voire un type ‘à la manque’ auquel il manque une case), plus quelques autres vulgarités pour lesquelles vous n’avez rien manqué.

Et quel est l’animal le plus ‘défectueux’ de la Création? Celui auquel les bras font défaut, en l’occurrence des ailes: celui qui manque’, le manchot, signe d’une ‘infirmité’ (c’est ce que pensaient les Anciens, qui n’avaient pas toujours la cognée près du manche) infirmité qui justement l’empêche de (s’en)voler, donc a-fortiori de décoller, comme notre budget…Même s’ils en avaient le budget, devrais-je dire, puisque ce mot, d’apparence typiquement anglo-saxonne, est bien l’orthographe moderne d’un terme médiéval français, la ‘bougette’, une petite bourse fixée en général à la ceinture (et son synonyme, formé sur le latin ‘coléus’: la couille, la bourse, quoi). Pendant la Guerre de Cent Ans, les anglais vont nous piquer (entre autres) cette bougette qui deviendra ‘boudgett’ (essayez de faire dire ‘u’ à un anglais!) puis ce ‘budget’ que nous connaissons aujourd’hui.

Voilà quelques explications qui, j’espère, n’ont pas de déficit en détails, au moins étymologiquement.
PS: au passage, pour répondre aux (nombreuses) remarques concernant ma façon d’écrire le pluriel d »’euro » (invariable), jetez un coup d’oeil à la photo en haut de cette page. Ou sur le premier billet au fond de votre poche: on ne met pas de ‘s’ à euro (même sur les billets de 500…si vous en avez déjà vu)


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>