Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Huitres

Huitres

En ces temps de réjouissances gastronomiques pour ceux qui en ont les moyens, j’ai eu envie de vous parler d’un sujet simple et nourrissant, aussi bien gustativement qu’étymologiquement, bref, un petit commentaire sur les origines linguistiques de ces mollusques lamellibranches à la réputation peu flatteuse et tout à fait injustifiée puisque, si l’on dit “bête comme une huitre” depuis le 19è siècle, il n’empêche que l’animal est plus savant qu’il n’y paraît; la preuve: il est toujours “au jus”, surtout quand c’est du jus de citron…

Eh bien, le croiriez-vous, l’huitre a joué un rôle fondamental dans l’exercice de la démocratie pour notre civilisation! C’est vrai, en politique, si parfois certain ont un QI de moule, c’est parce qu’ils évoluent dans un panier de crabes, mais cette fois, je suis sérieux, car figurez-vous que la reine des plateaux de fruits de mer a eu un véritable rôle social dans l’histoire.

Je ne vous parle pas des affriolantes robes en coquille des petits bibelots balnéaires que vous avez offerts à votre grand-mère pour ramasser la poussière sur la cheminée de son appartement parisien, après des vacances à Arcachon. Je vous parle de fonction autrement plus utile, comme par exemple la construction de chemins ou la consolidations de murets; plus insolite, les Romains l’utilisaient parfois, une fois broyée évidemment, pour le maquillage des acteurs et même pour le camouflage des soldats…Remarquez, il n’y a que des romains pour se mettre du blanc sur le museau une nuit de pleine lune avant d’attaquer les Gaulois.

Non, ce coquillage plein d’iode à la belle couleur de crachat après trois semaines d’une toux bien grasse, l’huître, puisqu’il faut l’appeler par son nom, se dit en grec « ostreikon » ce qui a donné en français ostréiculture ou ostréiculteur, mais également…ostracisme! Eh oui, ostréiculteur ou ostracisme, c’est le même mot.

Mais, mis à part l’ostracisme dont font parfois l’objet les ostréiculteurs de la part de souris perverses simulant bêtement la mort à la moindre injection de la moitié de leur poids en taurine, il faut savoir que, au siècle de la “Grande Démocratie” à Athènes, « ostracisme » avait non pas le sens d’exclusion, comme on l’entend aujourd’hui, mais, exactement du contraire, puisque c’était un outil…d’intégration! En effet, tous les ans, on convoquait le peuple sur l’Agora, la place publique, et on demandait à chacun des citoyens de la ville de graver avec un stylet sur une coquille d’huitre le nom d’un “immigré” postulant à leur nationalité, et qu’ils voulaient voir naturaliser. Puis on « dépouillait les votes », donc on comptait les coquilles d’huitres, et on intégrait dans la communauté les noms les plus souvent cités. Voilà ce qu’était l’ostracisme au siècle de Périclès.

Alors comment ce mot a-t-il pris un sens “négatif” chez nous? Tout simplement parce que, cet ostracisme, ce « vote positif », il était décrié et contesté par ceux qui, forcément, n’étaient pas retenus, et qui devaient s’en retourner chez eux, sans même une prime de retour au pays ni le moindre billet charter sur une compagnie low-cost stationnée à l’aéroport du Pirée. D’où leur colère, puisque les refusés, qui étaient plus nombreux que les élus, se plaignaient de cet…ostracisme. Ceux-là n’avaient plus qu’à rentrer dans leur coquille.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Huitres

  1. Magnifique c’est pour des mots somme ostracisme que l’étymologie est passionnante. Comment un mot peut-il être autant chargé d’histoire, et qu’une malheureuse coquille d’huitre puisse aboutir à une telle définition.
    Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>