Vous ne le savez peut-être pas (ou si vous le savez, restez en défense) mais ce 12 août 2017 est la ‘Journée Internationale des Eléphants’, dûment répertoriée au registre de l’Organisation des Nations Unies; si, si, il y a des fonctionnaires payés pour décider de commémorations aussi mémorables que la Journée Mondiale de la frite belge (vous avez raté, c’était le 1er août), la Journée Mondiale des gauchers (le 13 août), ou celle du topless (préparez-vous, c’est le 28 août), sans compter la…Nuit (logique) de la chauve-souris le lendemain. Bien sûr, ce n’est pas plus mal, une fois par an, de prêter l’oreille (d’éléphant) à certaines espèces, profitons-en donc pour savoir d’où vient la grosse bête…

…D’Afrique ou d’Asie bien sûr, mais, étymologiquement, c’est un poil (d’éléphant) plus dur, car le mot, lui, en a pas mal derrière la trompe. Il vient tout simplement du latin ‘elephantus’ (facile), qui l’avait lui-même emprunté au grec ‘elephas’ sans se casser beaucoup le dictionnaire, ce que vous dit généralement le vôtre, alors que l’idée de base renvoie à plusieurs sujets, un peu comme une boule couleur d’ivoire percute les autres sur un tapis de billard.

Car les Anciens utilisaient souvent toutes les dimensions d’un sens, propre ou figuré, concret ou abstrait, objectif ou symbolique. On part donc de cet ‘elephas’, dont la véritable racine originelle est en fait assez obscure, certains linguistes penchant pour le ‘déverbal’ (un mot issu d’un verbe) d’un terme grec qui signifie libre (sous-entendu l’animal), ce qui conviendrait bien aux besoins territoriaux des troupeaux; d’autres se raccrochent comme ils peuvent à un autre verbe qui veut dire…tromper (!) quelqu’un, connotation probablement un tout petit peu trop intellectuelle et tardive pour être convaincante mais pour laquelle on trouve aussi le sens dérivé de dévaster (la savane ou les plantations?).

Il n’empêche que, pendant l’Antiquité, l’éléphas a qualifié principalement des ‘produits’ en rapport avec le pachyderme, c’est-à-dire la défense elle-même, en tant qu’objet (déjà) précieux destiné à la sculpture, à la décoration ou aux bijoux; mais aussi tout ce qui pouvait être fait en ivoire et/ou de cette couleur, comme des ustensiles de repas (coupes, assiettes) et même des chaises, parmi lesquelles la ‘chaise curule’, pièce de mobilier précieux d’invention spécifiquement romaine, destinée et réservée à des dignitaires (hauts magistrats) mais aussi parfois des politiques.

Cur…ieusement, cette curule semble venir du terme latin ‘currus’, déformation de carrus, le char; le transfert de sens est assez compliqué mais logique: le char en question était tiré par des chevaux fournis (=payés) par l’Etat lors de manifestations honorifiques -les ‘triomphes’- en l’honneur d’un personnage méritant. Qui dit deniers (je veux dire sesterces) publics dit homme d’Etat, donc de pouvoir, donc digne de la chaise éléphantine (1). Autrement dit, quand vous avez la Peugeot de fonction et la cocarde sur le pare-brise, vous avez sûrement aussi le siège à l’Assemblée; mais…défense d’y voir du mauvais esprit, même étymologiquement!

(1) Non, ça ne veut pas dire électrique; mais l’adjectif ‘chryséléphantin’, que vous avez peut-être déjà casé lors d’un diner en ville, suppose un objet fait en or (chrys-) et en ivoire (-éléphantin).