Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Filipetti (Aurélie)

Filipetti

«Qui veut voyager loin, ménage sa monture», écrivait le brave Racine. Cela n’est en rien un conseil ou une allusion déplacée à de récents voyages de la Ministre de la Communication, lesquels lui valent un retour momentané sous les feux de l’actualité. L’alexandrin des «Plaideurs» serait en fait quasiment le résumé étymologique du patronyme d’Aurélie, dont vous avez probablement déjà deviné l’origine et le sens; c’est néanmoins une occasion d’illustrer et de vérifier quelques règles élémentaires de linguistique. Enfourchons donc ensemble cette monture.

Première constatation: conformément aux apparences, Filipetti est bien un terme de provenance italienne, qui s’est implanté sur la Riviera autour de la région de Vintimille, longtemps et largement territoire italien comme il a été rappelé plusieurs fois ici. Le mot est même une forme de pluriel, d’après le singulier Filipetto.

Deuxième évidence: la terminaison -etto ou -etti est la marque d’un diminutif, ce qui donne à la racine qui précède le sens de ‘petit’ (=pas grand) ou de…’petit’ (=le fils de, le petit de), ce qui est en l’occurrence la majorité des cas. On trouve ainsi, à côté des Filipetti, d’autres patronymes synonymes comme les Filipelli, Fiippini, Filipponi, Filipazzi, et autres Filipucci; tous ces noms sont les surnoms des fils de Filippi.

Troisième élément: la racine, qui est donc Filippi, laquelle se comprend aisément (pour un français) si l’on s’appuie sur la constante de base de l’étymologie, où tout est question de phonétique. Le français écrit donc le mot avec l’orthographe grecque (puis latine), à savoir Philippi, Philipetti, Philipelli, etc…Nous voilà donc avec l’une des versions de notre Philippe familier, lequel n’est pas la forme originelle du mot (non, la France n’est pas le centre du monde) puisqu’il s’agit de deux termes grecs: ‘philos’ (l’ami, l’amateur) + ‘hippos’ (le cheval, cf.hippodrome, hippocampe, etc). A Athènes, l’adjectif philippe qualifiait donc un homme en rapport avec les chevaux (éleveur, protecteur, plus rarement cavalier mais le voilà le rapport avec la monture…). Temporairement et bizarrement, le terme va également évoquer un avare amoureux de l’argent, puisqu’il recherchait les ‘Philippe’, une pièce de monnaie frappée à l’effigie du roi Philippe de Macédoine (tout comme on disait un Pascal ou un Racine, avant l’euro); mais le sens n’est évidemment valable que pendant le règne du père du futur Alexandre le Grand (IVè siècle avant JC).

Quatrième stade, les autres formes de Philippe en Europe: en Espagne, on dira Felipe; en Angleterre, Philip; en Allemagne, Philipp ou Philippus (selon les époques ou les régions); et aux Pays-Bas, Philips ou Phelps, comme Jim («Mission Impossible») ou Michaël (le nageur olympique multi-médaillé)…Pour le plaisir, ajoutons les ‘exotiques’ Filipiuk, Filipczak, FilipKowski ou Filipski, à nouveau formés sur l’orthographe simpifiée en vigueur en Europe centrale.

Pour conclure, les variantes les plus inattendues issues de ce lointain amateur d’équidés sont également de formation latine, puis italienne: cette fois, on va abandonner la partie du mot la plus importante (la racine), et déformer successivement le suffixe. Résultat: Filippetti va parfois donner Filipeppi, ‘raboté’ à son tour en Peppi tout court, ou même en…Pippi, surnom que des romains entendent spontanément comme un diminutif affectueux, mais que l’oreille française comprend tout autrement. Après ce petit Pippi, signalons enfin les Peppo (Filipetto en fait, donc), lesquels donneront naissance à un Peppo-ne, qui se fera souvent sonner les cloches au cinéma. C’est presque ce qui a failli arriver à Aurélie, pour ses vacances loin de Paris!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

2 commentaires au sujet de Filipetti (Aurélie)

  1. Bonjour,
    Vous parlez des Peppo et des Peppi attention rien à voir avec le Pepe Espagnol ou le Pep (Guardiola) catalon qui siginifie Joseph.
    Vous confirmez ?

  2. Vous avez tout à fait raison, il existe un diminutif Peppo, Peppe (Pepe en espagnol) qui est alors la contraction de Giuseppe, donc Joseph.
    C’est aussi valable en italien d’ailleurs. Comme quoi, les homonymes existent bien également en étymologie, ce qui est logique quand les sons se ressemblent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>