Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Filoche (Gérard)

Filoche titre

Ce n’est pas forcément l’un des plus connus -ni l’un des moins frondeurs- de la «primaire à gauche» pour l’élection présidentielle de 2017. Pas non plus l’un des plus favorisés, d’un point de vue sonore, par un patronyme certes tout à fait respectable mais qui a dû lui valoir bien des remarques et autres jeux de mots, car la rime est très riche d’un point de vue phonétique. Et si nous remontions le…fil de ce nom?

Pas la peine en effet de tirer longtemps sur la pelote pour remonter au mot d’ancien-français ‘filoiche’ (*), qui va donner filoque puis filoche dans le langage moderne. La racine est de souche normande (ça tombe bien notre homme est né à Rouen) et sert à qualifier un type de tissu à base de soie ou de fil. Par le traditionnel effet de métonymie (un détail ou un objet transfèrent le sens à celui qui le fabrique ou le pratique), on en arrive vite au surnom de celui qui produit ou vend l’étoffe en question, un Filoche désormais majuscule. Néanmoins, chaque région ayant plus ou moins son propre terme pour cette activité, le mot n’est pas très fréquent mais circule de Laval à Evreux en passant par la pointe du Cotentin.

Il faut pourtant se demander quelle est la connotation de ce suffixe ‘-oche’, à tout le moins familier (cinoche, pour cinéma; galoche pour chaussure, etc) jusqu’à être parfois péjoratif, depuis le surnom de haine Folcoche («Vipère au poing») jusqu’aux allemands d’Occupation, des…allemoches rapidement transformés en all(e)boches puis Boches (2)! Bref, pas facile de faire sonner un tel accent tonique en fin de patronyme, sauf qu’ici, il semblerait que ce soit juste un diminutif puisqu’il s’appliquait en premier lieu au fil lui- même, donc pas un mauvais fil mais un fil très fin voire fragile, capable de s’ef…filocher sans peine.

Car, mine de rien, il y en a des choses au bout du fil! Bien sûr, vous connaissez tous les mots qui vont suivre, mais l’origine de certains est parfois surprenante. A commencer par le plus vieux d’entre eux (12ème siècle), un ‘filet’ qui, avant d’être -aussi- ce maillage de fils qui piège le poisson dans la mer, désignait un morceau de…viande (par forcément dans le filet!) ainsi appelé parce que ficelé, une paupiette quoi. C’est d’ailleurs à cette époque que les Anglais nous l’ont piqué -comme d’habitude- pour en faire un ‘fillett’ aussi bien de viande roulée que de bandelette(s).

Du côté du verbe, pas de surprises, quand vous filez, c’est que vous vous en allez en ligne droite comme si vous suiviez un fil, et plutôt rapidement surtout si vous êtes un filou. Si vous faites suivre le mot d’une mesure (le paquebot file 30 noeuds), c’est que son étrave trace un fil d’écume dans la mer, toujours très droit évidemment…Avec un complément d’objet direct, ça se complique: quand les dames filaient un bas (époque pré-nylon), c’est que la trame se déchirait en suivant une ligne de tissage; par contre, si vous filez quelqu’un, c’est que vous le suivez y compris dans les virages comme si vous étiez attaché par un fil (d’Ariane) à votre cible, d’où une filature réussie (à condition qu’il ne voie pas votre bobine), qui peut vous amener jusque dans une usine de filature (industrielle).

Pour l’ouvrier qui va ciseler une pièce de métal en creusant un sillon aussi fin qu’un fil, il est question de filetage; et quand il va l’aiguiser comme un couteau, c’est qu’elle sera effiliée comme le fil d’un rasoir. Un travail qui peut demander d’enchainer plusieurs heures à la suite, comme nouées sur un fil, donc…d’affilée. Impossible alors de se dé-filer, c’est-à-dire littéralement d’éviter de passer par un passage étroit (au propre ou au figuré) dans lequel on ne peut passer qu’à la file, un défilé!

Je ne voudrais en trop rajouter dans cet entrefilet (un espace entre les fils d’acier qui marquaient la séparation entre deux articles, en imprimerie), alors je vais arrêter ici le défilement de ces racines, en souhaitant à Gérard de réussir à se faufiler parmi tous les candidats à cette élection. Sans filet peut-être…

(1) voir déjà un petit paragraphe explicatif dans le sujet sur Christophe de Margerie (avril 2014). Tapez ce nom dans le champ de recherche.
(2) contrairement à ce qu’on entend parfois, rien à voir donc avec la marque d’électricité puis électro-ménager germanique (Bosch).


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>