Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Garrido (Raquel)

Garrido

La désormais ‘ex’-porte-parole de Jean-Luc Mélenchon quitte la France…Insoumise seulement, ou peut-être également, puisque la pétulante (1) avocate d’origine chilienne a décidé de «tourner la page» en se retirant des débats politiques au profit des affrontements médiatiques des émissions de télévision. Des discours en tribune aux chroniques en plateau, on ne sait pas si le public y gagnera beaucoup en profondeur d’analyse, mais telle est la décision d’une femme apparemment -et étymologiquement- têtue…

Premier indice pour percer le mystère linguistique (s’il y a lieu) de ce Garrido, la dimension historique bien sûr, puisque le mot originel, déjà sous forme de patronyme, a forcément traversé l’Atlantique un jour en provenance de la péninsule ibétique; en effet, la racine n’a rien qui puisse se rapprocher de près ou de loin d’un terme de dialecte local (le ‘quechua’ par exemple) avant l’arrivée des colons européens. Au contraire, parmi les nombreuses langues de l’Ancien Continent qui ont contribué à composer ‘l’espagnol chilien’ (2), il y a une majorité de mots…castillans.

Ne reste plus qu’à plonger vers les fières terres du sud pour croiser des ‘garridos’ dans quelques écrits militaires contemporains du roi Alphonse XI (pardon, Alfonso once, dit ‘El Justiciero’, le Justicier, encore un calme…). Selon le contexte, le sens semble varier légèrement, mais tout tourne toujours autour d’une idée principale, la…vigueur.
Sur un plan proprement militaire, il s’agit sans doute de la vigueur du courage (de la bravitude, comme dit Ségolène) et de l’ardeur au combat; sur un plan plus personnel, il sera davantage question de vigueur physique et donc de bonne santé; une situation -ou un état- dont on pourra pousser un peu les caractéristiques, quitte même à mélanger les deux dimensions en question pour en tirer des qualités de séduction puis de vigueur…sexuelle, qu’on pourrait sans exagérer rapprocher du terme français de ‘gaillard’, qui s’applique aussi bien à un corps puissant et/ou agréable qu’à un caractère volontaire.

Encore une fois, indépendamment de toute extrapolation avec le patronyme, on se demande parfois d’où vient la coïncidence éventuelle avec la personnalité qui le porte! Je ne sais pas s’il existe une ‘garrida’ féminine qui pourrait atténuer toutes ces connotations généralement considérées comme viriles (3), sauf à en profiter pour s’intéresser à son prénom , sait-on jamais? Mais comme il n’y a décidément pas de hasard, Raquel est évidemment la forme hispanique (puis, forcément, sud-américaine) de la ‘Rachel’ biblique qui signifie en hébreu…la brebis (‘rahel’, avec un ‘h’ fortement sifflé).

Comme je n’ai pas l’impression que Mme mouton soit franchement le symbole de l’autonomie et du militantisme agressif, je me suis souvenu que Raquel appartenait également à une autre star (de l’écran, cette fois), une fanatique du bikini blanc mouillé du nom Raquel Welch, actrice…bolivienne naturalisée américaine, de son vrai nom Jo Raquel Tejada! Autant dire une cousine de baptême Garrido donc. Au moins étymologiquement…

(1) Contrairement à une impression assez répandue, cet adjectif…pétillant (ne pas confondre, justement!) n’a rien de très sympathique puisqu’il évoque à l’origine quelqu’un de violent qui manifeste une impétuosité difficilement contrôlable…

(2) Demandez à M.Wikipedia de vous parler de cet ‘espagnol chilien’

(3) Pardon, ceci n’est pas une discrimination sexuelle. De toutes façons, c’était bien le surnom d’un lointain ancêtre…masculin!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>