Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Gilet (jaune)

Gilets jaunes

Il faudrait presque mettre une majuscule à ‘jaune’, tant l’expression est en passe de devenir la personnification (personnalisation?) de la révolte sociale du moment. Y aura-t-il un Novembre (20)18 comme il y a eu un Mai 68? Toujours est-il qu’il est difficile d’éviter de voir ou d’entendre ces mots, quel que soit le média…mais au fait, quel en est le véritable sens?

Petite précision préalable: je propose aux internautes de tous (mauvais) poils qui me conjurent amicalement d’arrêter de signaler que beaucoup de mots de la langue française ne viennent pas que du latin mais de l’allemand (disons le germain) ou de…l’arabe, je leur demande donc de ne pas poursuivre, car ils risquent de devoir retourner leur veste avec ce ‘gilet’!

En effet, la petite pièce de costume très mode (donc rapidement ringarde) de l’ensemble trois-pièces que vous avez mis au dernier mariage et à la fin duquel vous avez fait craquer trois boutons sur la cravate pleine de taches de crème chantilly, vient d’une racine…espagnole (ça va, il reste encore quelques lecteurs) qui est ‘jileco’.

On est alors encore au 16è siècle, et ce ‘rrilecco’ est une trace du (long) passage de la culture arabe dans la péninsule ibérique (les jardins de Grenade ont davantage à voir avec le clocher de la cathédrale ‘byzantine’ de Périgueux qu’avec les pelouses de Chambord). Le terme a d’ailleurs une variante plus ancienne qui est ‘jaleco’…

Or, on retrouve ce même ‘jaleco’ très précisément sur la côte algérienne, où il désigne une casaque, rien à voir avec les accessoires hippiques mais avec une longue pièce de tissu sans manches et à deux pans simples, quelque chose que certains rapprocheront plus tard de la ‘chasuble’ religieuse. Et d’où croyez-vous qu’arriva cette casaque? Des bords de…l’empire ottoman, glissant du ‘yelek’ turc tout autour de la Méditerranée, le long des (futures) côtes israélienne, égyptienne, libyenne, tunisienne et algérienne, pour s’arrêter du coté de l’actuelle Tlemcen, sans entrer sur le territoire ni dans le répertoire marocains.

Bref, ce gilet va devoir sérieusement raccourcir en deux ou trois siècles pour faire la gloire de la bourgeoisie occidentale qui y rangera sa montre à gousset ou son monocle. Et tant qu’il reste en laine ou en flanelle rayée, tout va bien; mais celui qui nous intéresse aujourd’hui est ‘jaune’, ce qui n’arrange pas tellement ses affaires:

Même si en l’occurrence la couleur lumineuse est destinée à être facilement repérée le jour -a fortiori la nuit- pour des raisons de sécurité routière, le ‘gilet jaune’ pouvait, il y a encore quelques décennies, désigner un ‘jaune’, autrement dit un ouvrier non-gréviste, autant dire un traitre puisque cette teinte a toujours été la marque de quelqu’un qui ne respecte pas les règles d’un groupe (un comble!).

Car, à la suite du symbolique ‘jaune cocu’ (strictement occidental) bien connu, les connotations négatives ont toujours désigné des déviants (les fous) ou des escrocs (les faussaires). Rappelons que c’est également la couleur du signe distinctif que devaient porter les populations juives, détail de l’Histoire parfois contesté par quelques analystes qui parlent de simple contraste de couleur sur un vestiaire traditionnellement noir…

L’hypothèse en laissera sans doute d’autres verts de rage, y compris étymologiquement d’ailleurs car, paradoxe ultime, le mot ‘jaune’ vient du latin (ouf) ‘galbanus’, après que le ‘g’ initial a été ‘mouillé’ (un peu comme si on mettait un ‘e’ derrière), puis le ‘l’ transformé en ‘u’, pour ‘geaubnus’ puis jaune.

Or, pour un Romain (comme pour un Grec d’ailleurs), le jaune n’est qu’une nuance de…vert, non pas la couleur d’une herbe fraichement coupée mais celle d’un reflet clair sur une eau dormante que les Grecs qualifieront d’ailleurs de ‘glauque’ sans que ce soit le moins du monde sale. Par contre, le sens figuré -inévitable- qui lui succèdera gratifiera des gens ‘pâles’ intellectuellement ou moralement, à savoir des hommes…efféminés.

Donc, si l’on résume un tout petit peu, une manifestation de ‘gilets jaunes’ devrait consister en un chatoyant et léger défilé de ’djellabas’ vert-pâle; mais je ne suis pas sûr que ce soit vraiment le cas sur le terrain, surtout étymologiquement!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

2 commentaires au sujet de Gilet (jaune)

  1. Et ces Gilets jaunes, de mode cet automne, sont en passe de décrocher le maillot jaune dans la compétition des mécontents qui forcent Jupiter & Cie à rire jaune…
    Excellent, le billet qu’ils t’ont inspiré, cher Dominique :-)

  2. Si les gilets jaunes sortent vainqueurs ils fêteront l’événement en disant :
    « Allez Mimile fait péter le jaune! »…
    S’ils échouent, ils diront la même chose, mais avec moins d’enthousiasme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>