Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Homéopathie

Hahnemann

C’est l’histoire d’une…on va dire ‘théorie’, certains diront immédiatement thérapie, dont il est à nouveau question -pour ne pas dire remise en question- en ce début de 21ème siècle, après plus de deux cents ans d’interdictions intermittentes de ‘pratique de la médecine’; en effet, on n’est encore qu’en 1755 quand un certain Christian Friedrich Samuel Hahnemann, médecin saxon (originaire de la Saxe), prône, à défaut de vraiment inventer, une ‘méthode de traitement (des maladies) à dose infinitésimale’…

En fait, l’étymologie initiale s’apparenterait plutôt à ce que vous appelons de nos jours un vaccin, puisque le mot vient de deux racines grecques, ‘homéo’ + ‘pathie’, la première signifiant semblable et la seconde évoquant tout ce qui tourne autour d’une affection, maladie (pathologie), (re)sentiment (empathie, sympathie) ou emportement passionnel donc…pathétique. D’un point de vue strictement linguistique, il est donc davantage question de prescrire un élément équivalent à la maladie que de calculer sa proportion, mais bon…

Pour ce qui est de la partie ‘semblable’, c’est ce que vous retrouvez plus souvent sous la forme contractée ‘homo’ dans homogène (de même provenance ou de même nature), homonymie (de même ‘nom’ c‘est-à-dire de même son mais pas de même sens), ou encore homologue (celui qui a le discours -donc droit à la parole- donc même statut -à l’origine on pensait salaire- que vous).

Mais il semble intéressant également de se pencher sur celui qui la…même initiale que ce mot, son propre promoteur dont le patronyme vient d’une racine plus courte, soit Hahn dont la souche géographique a été pendant longtemps les seules régions frontalières germano-suisses. De fait, les plus connus des Hahn et autres Hahnemann sont aujourd’hui allemands, même si le plus célèbre est un musicien français d’origine…vénézuélienne prénommé Reynaldo, et qui avait un certain penchant pour les herbes aromatiques puisqu’il composa en 1923 une opérette immortelle baptisée « Ciboulette ».

Et pourtant, l’étymologie des Hahn renvoie à un animal qui n’a rien à voir avec un baudet à grandes oreilles, puisque cette syllabe germanique signifie à la fois le coq, la poule et le…hanneton! Au 11è siècle, le mot de dialecte nordique « hano » désigne en effet un coq, et c’est ce même mot dont on se servira plus tard pour le petit coléoptère de la famille des scarabées, grand dévoreur de feuilles. Comment est-on passé de coq à hanneton? Certains soutiennent que c’est en raison de la couleur de sa carapace proche de la crête du coq; d’autres disent au contraire que c’est la crête noire qu’il a à la base des ailes qui lui a donné son nom. Toujours est-il que, dans le Limousin, on appelle le hanneton « la poule d’arbre », peut-être à cause du même raisonnement. Remarquez, le hanneton était déjà mal parti, car, dans la Genèse du monde, il représente l’une des créatures du diable, à côté de la mouche et de la guêpe, ainsi que…l’âne (hâne?).

En tous cas, il y a un autre Hahn sur lequel on peut faire un jeu de mots puisqu’il s’agit d’un bonnet! Et fait, c’était plus précisément une coiffe, constituée d’un ou deux cônes d’où tombaient des voiles et que les belles dames portaient dès le 15è siècle: le hennin. Le mot vient de la même origine que « hahn-le coq »: il s’agit de henninck, un terme néerlandais, qui voulait dire…le coq comme de par hasard. On suppose qu’on a baptisé la coiffe ainsi à cause de cette forme de crête dégoulinante…

Un mot pour terminer sur d’autres Hahn célèbres: A part le musicien cité plus haut, il faut parler d’un monsieur dangereux, le physicien allemand Otto Hahn qui découvrit en 1938 la fission de l’uranium et fut néanmoins prix Nobel de chimie en 1944 (annus horribilis). Plus paisible était sans doute notre Christian Hahnemann qui dut néanmoins venir s’installer en France pour pratiquer sa méthode « jamais scientifiquement prouvée » comme disent les allopathes (les partisans d’une ‘autre’ médecine) acharnés. Le débat est donc à nouveau ouvert, et visiblement, il n’est pas…‘piqué des hannetons’; sauf étymologiquement bien sûr!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>