Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Houlette (Eliane)

…pardon, de « contrôles très étroits », de la part de son autorité de tutelle à l’occasion de la dernière campagne présidentielle (en clair: sur ‘l’affaire Fillon’). Dame Eliane porte un patronyme qui évoque la bienveillance pour ne pas dire la protection puisque c’est dans quasiment la seule expression ‘sous la houlette’ que l’usage du mot est resté en français.

Mais connaissez-vous bien la houlette? Etymologiquement, c’est le diminutif de la houe (houe-lette); techniquement et dans sa version grand format, c’est un outil agricole, à tout le moins un soc au bout d’un manche qui sert à divers travaux.

Donc une houlette, en format ‘mini’, est l’instrument utilisé par des…bergers, avec un bout recourbé qui sert à jeter des mottes de terre sur les brebis qui s’écartent du troupeau. C’est l’origine du sens figuré de l’expression en question qui suppose, par comparaison, de ramener les brebis ‘égarées’ dans le giron de l’Eglise, par exemple. 

Le parallèle est à ce point cohérent avec le symbole du ‘bon berger’ (Jésus, via le prêtre) qu’à une certaine époque le mot servira également à désigner la crosse d’un évêque…Dans un tout autre domaine, très spécialisé, il représente encore un tour de prestidigitation où une carte semble ’s’arracher’ toute seule d’un paquet de cartes, comme la motte de terre sous le crochet de la houlette. 

Mais il y a d’autres hypothèses à la provenance de ce terme! L’une des plus proches -par le sens- est le verbe latin ‘agere’ qui signifie mener, particulièrement en poussant quelque chose ou quelqu’un devant soi, exactement comme le berger (ou le vacher) qui conduit son bétail. Le latin ‘vulgaire’ de la fin de l’Empire aurait créé un déverbal (composé du verbe) en ‘agolum’, devenu ‘agolette’, ‘aolette’(*) puis houlette au Moyen-Age. Mais le chemin est plus risqué, d’autant que la houlette se réduit alors à simple bâton de berger…

Il y a une toute autre racine, d’origine néerlandaise cette fois (flamande, donc) qui vient creuser l’écart -et pour cause- avec la houe, c’est la…houle; dans toute la zone nord linguistique de la France (soit, au fil de l’Histoire, la Wallonie, la Picardie et la…Normandie entre autres), la ‘hôle’ désigne dans plusieurs patois un creux (de vague), ‘le trou, dit-on, dans lequel se cache le poisson à la vue du pêcheur’…ou l’angoisse du marin du dimanche à la vue du clapot.

Plusieurs étymologistes pensent que c’est cette racine qui a donné le sens de houlette, c’est-à-dire le petit creux qui sert d’abri, côtier sans doute quand il s’agit du bateau sous la tempête…Le problème, c’est qu’en ancien-français, le mot semble avoir glissé vers l’idée de cavité, puis de grotte, et enfin de refuge…à prostituées. 

Curieux destin donc que cette houlette, sous laquelle va se retrouver notre procureure vis-à-vis du ministère de la Justice, au cours d’une instruction où il faudra savoir quelles mottes de terre soulever pour trouver qui a voulu tondre la laine sur le dos des moutons. Au moins étymologiquement! 

(*) On trouve aussi le terme ‘holète’ en Wallonie, avec le même sens et probablement la même origine…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.