Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Inquisition

inquisition

C’est le mot qui court dans les rédactions, relayant ainsi les déclarations de beaucoup d’hommes politiques au sujet de l’ambiance du moment. Tout le monde surveille tout le monde: tant qu’il s’agit de piratages de masse (incontrôlables) comme des écoutes de réseaux téléphoniques ou informatiques nationaux, cela n’émeut presque personne; par contre, cacher son petit magnétophone dans la poche lors de diners en ville, c’est «de l’Inquisition», mot éminemment intéressant -d’un point de vue étymologique évidemment- et ce, à un double point de vue…

Tout d’abord, il prouve bien ici l’importance de la lettre majuscule: en effet, l’Inquisition historique désigne, en général, une période ayant duré plus de…trois siècles, mais dont on ne retient que quelques clichés particulièrement marquants à la fin du Moyen-Age espagnol (en fait, elle sera abrogée -mais remplacée- au début du 19è siècle). C’est oublier qu’il y avait eu, précédemment, une Inquisition médiévale (romaine), et postérieurement, une autre Inquisition romaine, toutes joyeusetés recouvrant des procédures instituées lors de tribunaux d’exception pour juger de…l’orthodoxie -pardon- de la Foi. C’est donc souvent à «l’Inquisition espagnole» que l’on pense d’abord, en la résumant à une terrible période d’aveux obtenus par la torture.

Diminuez l’initiale du mot de quelques millimètres, et vous obtenez «l’inquisition», déjà moins impressionnante sans sa majuscule, nom commun qui s’applique assez exactement au…journalisme. Car ‘inquisition’ vient du verbe latin ‘quaere’, qui veut dire tout banalement rechercher, demander des informations, essayer de comprendre. C’est cette racine qui donnera les mots français ‘quête’ (un impossible rêve), puis re-quête (une demande officielle, qu’elle concerne l’Administration, la Justice ou la Police), et enfin en-quête (de sens), ce dernier terme gardant parfois son orthographe latine de ‘inquête’ (mais pas inquiète), autant dire inquisition.

Une inquisition, c’est finalement une simple demande de renseignement(s) qui a malheureusement gardé une valeur agressive. Vous ne songeriez pas à aller faire une inquisition à l’Office du Tourisme d’une ville que vous visitez, mais à chercher des informations; par contre, c’est ce que vous ressentirez si un huissier vient saisir des meubles à votre domicile, l’inquisition étant suivie à l’occasion d’une réquisition (comme une requête, mais en plus expéditif et souvent moins calme)…Nos ancêtres auraient sans nul doute été surpris de cette récupération quasi-exclusive du mot par l’intégrisme d’une Eglise qui se disait Romaine, puisque les latins concevaient ‘l’inquisitio’ comme la recherche minutieuse d’une vérité, à laquelle on devait arriver en posant des…questions (forme substantivée de notre verbe initial!). Or, je ne vous conseille pas d’essayer, mais il y a une grande différence entre poser une question, et passer à la Question! Et je n’exige pas de vous une réponse. Sauf étymologiquement peut-être.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>