Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Jadot (Yannick)

Jadot

Contrairement à sa concurrente Cécile Duflot (*), la Primaire du parti écologiste a mis en lumière les préférences (et l’existence) de cet homme du Nord, aussi bien généalogiquement (il est né dans l’Aisne, désormais Hauts-de-France) qu’étymologiquement puisque son nom est typique du grand quart nord-est du pays, de la Bourgogne à la frontière belge, mais pas toujours avec le même sens. Il y a donc plusieurs Jadot…sauriez-vous vous concentrer quelques instants pour en deviner la provenance avant de lire la suite?

Non, aucun rapport avec le jade (dont, il est vrai jadot pourrait être une sorte de diminutif, au moins d’un point de vue linguistique). En réalité, la pierre fine, souvent de couleur vert pâle, ne vient pas du mot ‘jade’, mais ‘ejade’, ou plus exactement dans sa langue originelle (l’espagnol) ‘ijade’. La ‘piedra de ijada’ peut se traduire par ‘la pierre du flanc’ (avec un ‘c’), ou la pierre du creux, lequel concerne le creux du bassin (humain), l’os iliaque! Explication: quand les colons débarquent en Amérique centrale, ils constatent que les populations locales utilisent l’application du minéral sur le ventre comme remède aux…coliques néphrétiques. Incroyable mais vrai: quinze siècles auparavant, les Romains l’appelaient déjà ‘lapis (la pierre) nephreticus’…

Rien de tout cela pour notre ami Yannick, même si sa popularité électorale au sein du parti a dû en faire ch…plus d’une. Ce Jadot-ci est le plus souvent un diminutif certes, mais du prénom Gérard (prononcé Jérard, phonétiquement). En fait, c’est très précisément ce que l’on appelle un ‘hypocoristique’, un diminutif dit affectueux (parfois ironique), et franchement, en l’occurrence, cela vaut mieux que Gégé, non?

Rappelons au passage que Gérard (première forme: Girard) est l’adaptation française des deux termes germains ‘ger/gir’ + ‘hard’, combinaison de concepts au sujet d’une lance (ger) et de quelque chose ou quelqu’un de dur, de fort (hard); ce qui nous donne le surnom d’un probable guerrier ‘dur de la lance’ ou à la lance dure, sans autre signification -à cette époque, mais ça changera- que l’arme en question, ancêtre étymologique de tous les Gerhard(t) et orthographes proches du nord de l’Europe.

Un certain nombre de Jadot sont plus à l’ouest (géographiquement, bien sûr), comme dans les régions de Loire ou Vendée, où l’on trouve respectivement des Jadeau et des Jadaud formés sur le mot latin ‘gabata’, la jatte. Ce qui en fait davantage des fabricants de ce vase sans bord ni anse, qui servit au fil des siècles à transporter et conserver aussi bien huiles que vins. Les Jadot de la jatte ont d’ailleurs eux-mêmes une filiation nommée les petit-Jadot, les Jadelot.

La graphie (l’écriture) des lettres ‘i’ et ‘j’ ayant pendant longtemps été identiques en latin (et en ancien-français), j’ai donc trouvé quelques mentions de ‘iadelot’ comme fabricants de jattes dans lesquelles…y’a de l’eau. Mais je ne suis pas tout à fait certain du sérieux de leurs auteurs; au moins étymologiquement.

(*) voir sa récente chronique (août 2016) dans les archives


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>