Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Jeune jeûne

jeûne

La bataille continue de faire rage auprès de certains intégristes de l’orthographe! En attendant de se trouver d’autres raisons d’avoir peur de quelque chose (ou de quelqu’un), ceux-ci craignent un appauvrissement définitif de la langue française, oubliant au passage que, au fil des siècles, c’est toujours l’usage (populaire) qui a fait force de loi, et bien rarement les oukazes (pardon, décrets) de tel ou tel Cercle…

L’exemple que j’ai relevé récemment dans la presse hebdomadaire concerne le mot jeûne déjà évoqué ici, dont l’accent circonflexe devient évidemment indispensable pour éviter toute équivoque pédophile quand il s’agit de “se faire un jeûne’ strictement alimentaire…Au fait, que savons-nous de ce mot? Il y a pourtant là-dedans à boire et à manger!

Evacuons tout de suite les jeunes pas-vieux, ceux qui viennent de l’adjectif latin ‘juvenis’, ce qui donnera bien sûr juvénile, puis jeunesse, et même ‘jeunir’, racine incomplète qui ne subsistera dans la langue qu’avec le préfixe ra-jeunir, rajeunissement, etc (*)…Vous avez bien noté: jeunir, et non pas jeûner (et encore moins jeuner, on va voir pourquoi). Petite précision évidente mais intéressante d’un point de vue linguistique; tout comme l’adjectif ‘magnus’ (grand) donnera le comparatif ‘major’, pour dire plus jeune (comparatif également), on créera ‘juvenior’, puis junior! Et, forcément, senior pour ‘plus…sénile’, au sens de plus vieux (même par temps sec). Voilà pour le jeune sans accent (sauf s’il vient des banlieues de Marseille).

L’autre mot a été affublé d’un accent circonflexe (obligatoire), car ce signe indique toujours l’ancienne présence d’une -ou plusieurs- lettres, qui ont (eu) leur importance. Il s’agit en l’occurrence d’un autre mot latin, le verbe ‘jejunare’, qui est passé en vieux-français sous la forme ‘jeûner’ après élision (suppression) du second ‘j’, d’où la présence de l’accent. Et qui signifie ce mot? Bien avant le sens de faire abstinence, il évoque quelque chose (ou quelqu’un, encore) de…sec, d’aride.

Commençons par le sens figuré, qui s’applique à la ‘sécheresse’ des sentiments, à la vacuité d’un raisonnement, ou à l’inconsistance d’une pensée, d’un discours, d’une morale, ou de toute autre image évoquant le manque d’épaisseur (d’un dossier juridique, par exemple!)…Au sens propre, il est question d’un homme maigre et mal nourri (forcément, le jeûne), d’un animal famélique (à l’origine, souvent des…chameaux), ou encore d’une plante ou d’un arbre peu développé à cause de la chaleur.

Le croiriez-vous? C’est exactement le sens du mot ‘ramadan’, lequel ne signifie pas du tout ‘jeûne’ (bien que la privation de nourriture en soit un élément) mais désigne, dans la culture arabe, le mois de l’année le plus chaud (la canicule). Etymologiquement, le sens le plus communément admis (tout le monde n’est pas d’accord) viendrait d’une racine qui décrit exactement l’époque où “le sable brûle les pattes des chameaux”, un peu comme quand vous allez à la plage en passant par la dune du Pilat en été.

Sauf que…il ne s’agit pas ici de l’heure où le soleil est à son zénith, mais, symboliquement, le moment où il commence à chauffer le sol, signal de la prière du matin; par conséquent le jeûne proprement dit n’est qu’un événement ‘secondaire’ dans le déroulé de la journée…Une autre hypothèse suppose que la privation de nourriture -et surtout d’eau- rend la gorge du fidèle brûlante comme le feu, provoquant cette fois la sécheresse du gosier. Mais finalement, le jeûne est un simple (et vieux) petit mot qui permet de rapprocher les (nos?) deux cultures. Au moins étymologiquement!

(*) Ou jeunitude, si vous aimez les néologismes de Ségolène


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

2 commentaires au sujet de Jeune jeûne

  1. superbe ta prose. J’adore Alain Rey et son Voyage des mots . En te lisant je retrouvais son ton malicieux . Je ne sais si la comparaison te déplaira, et je te prie alors de me pardonner.
    Avril est bien avancé pour ton éventuelle visite.
    Amitié Patrick

  2. Merci Patrick; c’est un bien grand honneur de citer le savoir d’Alain Rey au sujet de ces chroniques. Merci de votre fidélité! Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>