Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Lavrilleux (Jérôme)

Lavrilleux

C’est l’homme qui a (quasiment) ‘craqué’ sur un plateau tv, visiblement pris dans la spirale d’une affaire de comptes supposés insincères, lors de la dernière campagne présidentielle du candidat de l’UMP. Funeste période pour la (et les) politique(s), surtout quand il est question de passer de l’ombre à la lumière: notre Jérôme, à peine élu député européen moins de vingt-quatre heures auparavant, risque d’être fauché en pleine croissance car, étymologiquement, il va forcément apporter un certain renouveau au paysage. La preuve.

Si vous avez lu les lignes précédentes sans vous poser la question, prenez encore quelques secondes pour regarder attentivement ce patronyme…Non? Rien ne vient? Alors, première étape facile: soupçonner un phénomène d’agglutination (un ‘collage’ entre deux mots), comme pour la majorité des noms commençant par la, le ou les. Ou même l’, et pour cause: ici, il faut remonter à une ancienne orthographe, qui est forcément «la-vrilleux» ou «l’a-vrilleux», et c’est la seconde version qui est la bonne (la première ne conduit à aucune racine valide).

Deuxième étape: après nous être intéressés au début du mot, voyons sa fin, son suffixe: ce ‘-eux’ marque en général un lieu, davantage un habitat qu’un paysage, comme un groupe de maisons ou plusieurs membres d’une famille résidant dans le même site. Quant à la racine principale, forcément située au centre du nom, c’est donc évidemment (l’)avril(eux), avec un ‘L’ ou deux, cela ne change rien du tout à la prononciation et donc à sa compréhension. D’ailleurs, on trouve également une forme Lavrieux, encore moins soupçonnable cette fois, car vous avez compris qu’il est question ici du…mois d’avril, tout simplement.

Le sens de ce ‘surnom’ est donc celui d’un ancêtre né au printemps (tradition fréquente de baptême en fonction de l’époque de naissance, ou des fêtes du moment). Mais on peut également comprendre -et plus probablement- un sens figuré qui est celui du symbole du renouveau (le printemps*), donc de la jeunesse et/ou de la vigueur. Voilà qui va donner du tonus aux Lavrillais (charentais) et Lavrillaud (vendéen), ou, sans l’article, aux Avrillais, Avrillaud, Avrilliier et Avrilleau, sans oublier évidemment les Avril (comme Nicole, auteure française, cousine des Abril espagnols comme l’actrice Victoria).

Vous allez me dire: bien, mais quel rapport entre les Lavrilleux et avril (à part une mauvaise histoire de poisson)? C’est que la racine de ce mois vient d’un verbe latin qui signifie ‘ouvrir’, au sens de renaitre, tout comme la nature s’ouvre à nouveau à la vie qui revient avec le soleil de la nouvelle saison, faisant ainsi éclater les bourgeons et peut-être…l’UMP. En tout cas étymologiquement.

(*) Il y a bien eu une Yvonne Printemps (l’une des ex-Mme Sacha Guitry)


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>