Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

le bonbon du dimanche

Capture d’écran 2011-01-04 à 20.28.41

C’est le week-end, et vous avez droit au «bonbon du dimanche», expression jadis utilisée dans certains milieux pour célébrer le Jour du Seigneur, de retour de la messe (ou plutôt de la pâtisserie adjacente à l’église). Et, pour que vous trouviez immédiatement de quelle marque célèbre nous allons analyser l’étymologie aujourd’hui, je vous donne le nom et la nationalité de son créateur: Il s’appelle Hans Riegel, il est donc allemand, et il habite Bonn…

Bon, je vois que cela ne vous dit pas grand’chose. Alors j’ajoute qu’il est confiseur, et que, dans les années 1920, il fabrique avec sa femme, dans une grande attenante à sa maison de campagne, le premier bonbon gélifié en forme de petit nounours qui danse. Cela n’a l’air de rien, mais, en ce début de 20è siècle, la chose représente un véritable tour de force ‘culinaire’ (et, plus tard, surtout chimique, mais ceci est une autre histoire). Bref, bien des années plus tard – et là, je suis sûr que vous allez trouver – le monde entier mangera des fraises Tagada, des Chamallow, des crocodiles multicolores, des petites bouteilles de coca sucrées, ou encore des frites en gélatine, le tout vendu sous la marque…Haribo, bien sûr!

Eh oui, Haribo est allemand, mais franchement, quel drôle de nom pour des bonbons. Ni japonais (fréquemment cité par les consommateurs), ni espagnol (arriba-arriba, peut-être?), ni américain (Harry Bow?), bref cela ne veut rien dire… Eh bien si, car Ha-ri-bo, c’est un montage de syllabes, avec HA-, pour Hans les premières lettres de son prénom. -RI-, pour Riegel les premières lettres de son nom, et -BO, c’est comme Bonn, la ville où il travaille. Et voilà un mot supercalifragilitiqexque comme dirait Mary Poppins, pour une entreprise qui, mine de rien, nous fait manger chaque année une longueur de rouleaux de réglisse égale à la distance terre-lune aller et retour, soit environ 768 000 kms (vous pouvez vous y mettre à plusieurs)!

Et l’emblème de la société Haribo, c’est bien évidemment ce célèbre petit garçon en salopette, assis par terre, mais aujourd’hui, savez-vous qu’on le trouve sur bien d’autres objets que des sachets de bonbons? En effet, depuis les années 90, il existe (en distribution selon les pays) des yaourts à la fraise Haribo, des chocolats (!) Haribo, des shampoings au coca, des bains moussant à la banane, des articles pour bébé, du linge de maison, des petites culottes, des avions de ligne en jouets et même de vrais Boeing 737 peints aux couleurs du nounours qui colle aux doigts. Le vrai coup de génie aura donc été de trouver une combinaison linguistique qui peut passer partout dans le monde sans équivoque, ce qui n’est pas toujours le cas d’une création nationale (cf.l’article sur Accor). Comme quoi, les noms à succès (réels ou fabriqués) ont toujours une étymologie bien léchée…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>